jeudi 25 juin 2015

On a perdu la chaîne du vélo !

Je commence mais je ne sais pas si je vais y arriver...

Il se trouve que nous sommes dans un piège. Pas à cause des taxis ou autres "blops" du système français moribond mais dans un piège mondial et très certainement sous contrôle.

Vu l'état de la planète relayé par le pape, Obama, les verts, les rouges, les petits gris et Wendy, les Maîtres ont décidés de bloquer non pas l'offre mais la demande ! Et ça c'est fort ! C'est vraiment fort !

On a des dettes, un commerce mondial à l'arrêt, des prix du pétrole en baisse, une production industrielle en baisse sur la planète entière, des prix qui baissent partout, des chômeurs partout, la Chine qui devient trop chère n'est plus l'usine du Monde, ne vous en déplaise, donc....mécaniquement les salaires baissent, les rentrées fiscales diminuent, la redistribution des richesses devient plus difficile car les fonds s'amenuisent, et la production baisse, le commerce baisse, les dettes enflent la redistribution des richesses est plus difficile, la production baisse, le commerce baisse....etc...ad lib.

Quand il n'y a plus de production les salaires se contractent, les profits des grandes enseignes aussi, le commerce de quoi ? Puisque les produits ne sont plus produits ?


L'état du commerce international via le Baltic Dry Index.


On pédale en quelque sorte, à vide. La chaîne a sauté !

Et c'est ce qui se passe sur la planète. Si on ajoute, comme vu sur ce blog, des mouvement de populations qui viennent aussi faire baisser mécaniquement le niveau des salaires et augmenter mécaniquement le niveaux des prélèvements et impôts nous arrivons à la misère partagée, à zéro croissance ( ce qui est le cas ) et donc à du chômage à l'échelle planétaire.


(À 50 ans tu es fini ! Tu as intérêt à être poli pour avoir ton repas ! Tu es un esclave ! )


Dans cette optique plus autant de pétrole consommé ! Pensons y ! Ils y ont pensé ! On défend le climat puisqu'on arrête les usines et on maintient la pollution des eaux à un niveau existant.




Ensuite viendra l'effondrement total. C'est à dire la misère que nous ne connaissons pas encore en occident, pour la majorité d'entre nous.

Je laisse des liens et des graphiques. Je suis navrée de ne pouvoir mieux expliquer ce tourbillon fatal dans lequel nous sommes pris, comme dans une rivière en cru.

Source 1 contenir la demande

Source 2 comment créer des modèles sans les bonnes données. Les chiffres sont secrets !

Le prix du pétrole lesté par la Chine ( entre autres)

Le pic de production de pétrole est passé mais la demande en baisse masque le fait. L'économie serait donc plus puissante que la physique ?! Oui. Il semblerait

L'économie chinoise effondrée ferait que les prix du pétrole n'augmenteraient pas avant 3 ou 4 ans... On a le temps !

Peak everything ?! Ok ! On a transformé cette réalité géologique en dévastation économique

Quelques chiffres concernant le financement impossible des retraites française, ci-dessous, en exemple:

Dans cette crise économique qui dure et qui ne passera pas : on les paye comment les retraites ?

Je pourrais dire aussi, on le paye comment le RSA ? La CAF ? Les hôpitaux ?

Ma réponse : très vite, on ne les paye pas ! Les dettes qui n'existent pas, comme en Grèce sont là simplement pour que tout ce qui appartient au peuple lui soit enlevé, volé, repris ou pris.

Les dettes sont un alibi, un des meilleurs, à la Grande Sopliation.





En general on paye les dépenses sociales avec les impôts issus des revenus. Quand les revenus disparaissent la redistribution sociale disparaît.


Dans un premier temps le "privé" rachètera les infrastructures d'état. Nous payerons tout de plus en plus cher. Ensuite, comme ces zones industrielles abandonnées, le "privé" laissera les voies de chemin de fer aux herbes folles.

Combien de temps reste-t-il ? Je ne sais pas. Je retourne en 2007. En 8 ans du miracle chinois, par exemple,  il ne reste rien sauf une "bulle" crasseuse dont personne ne veut plus.

Encore 8 ans ? Moins ? Plus ? Je ne sais pas. Il existe aussi ce qu'on nomme les "aléas". Nous n'en sommes pas à l'abri. 

La finance a beau contrôler l'extraction et la production ainsi que le commerce de toute chose vivante ou non sur cette planète elle ne contrôle pas encore les "aléas". 

À son actif, elle aura, grâce à son blocage de la demande, masqué l'état d'urgence dans lequel se trouvent nos ressources dites naturelles mais vendues à prix d'or ! 

Nous sommes, avec nos 9 milliards de congénères, la ressource ultime.