lundi 22 juin 2015

Les feux follets

Le feu follet est une manifestation lumineuse ayant l'apparence d'une petite flamme. Connue et décrite depuis longtemps, cette manifestation fut longtemps uniquement vue comme celle d'esprits malins et d'âmes en peine venues sous formes de petites flammes hanter les forêts désertes, les marécages et les cimetières, et fit l'objet d'un folklore important, tant sur l'origine de ces esprits que sur les façons de s'en débarrasser. Plus récemment, des recherches zététiques orientées vers la chimie donnent plusieurs explications scientifiques du phénomène.

------- quand j'étais une petite fille j'accompagnais ma grand-mère au cimetière. Les cimetières ruraux ne fermaient pas. Les concessions étaient à perpétuité. La commune avait "une fosse commune" pour enterrer les nécessiteux ou ceux qui avaient perdu toute leur famille.

Aller au cimetière était une promenade et un lieu de parole, de bavardages entre les femmes comme les églises au moyen âge. 

Les femmes venaient "nettoyer les tombes" avec des balais en paille, vider les vases de leur eau sale, remplacer les fleurs. 

Elles faisaient le tour des tombes "connues" et déposaient un bouquet du jardin ou passaient un rapide coup de balais. Ainsi la famille absente ce jour là savait que quelqu'un était passé sur sa tombe.

Les femmes se retrouvaient dans les allées centrales et parlaient des uns, des autres, se donnaient des nouvelles des uns, des autres.... C'était un lieu calme, après le dîner l'été, un lieu qui sentait bon les fleurs coupées et les grands arbres quand la chaleur sortait de la terre.

Un petit cimetière de province avec sa grande porte en fer forgé et sa tombe d'un gradé de l'Empire, vénéré, au bout d'une allée d'ifs majestueux et parfaitement entretenue.

Un soir, tard, ma grand mère, une femme courageuse, chasseuse de champignons comme de lièvres, aperçoit des feux follets ! Dans ses yeux je vois la peur, sentiment qu'elle n'exprimait jamais. 

Elle me dit "regarde, partons vite !" . Je lui demande pourquoi car voir des feux follets est extrêmement joli. Ils volent gracieusement à un mètre ou un mètre cinquante du sol tels des fées et je n'avais qu'une envie, les attraper ! 

Il m'a fallu ruser pour comprendre que ma grand mère voyait des esprits dans les feux follets. Ma grand mère ! Mon étonnement fut grand. personnellement, même petite fille, je n'y ai pas cru.

J'ai pensé qu'il s'agissait d'une sorte d'insecte géant qui ne vivaient que les chaudes soirées d'été et qu'on devait avoir du mal à photographier...et quelque part en moi, malgré tout ... Je me disais ..."et si...et si...si c'étaient bien des esprits venus nous dire quelque chose...?".

Je vous raconte ceci car je pense que c'est représentatif des peurs et des croyances qui hantent nos inconscients collectifs. Même quand la science relayée par les apprentissages vient contredire les légendes celles-ci sont plus fortes dans un premier temps et les premières générations à sortir de l'ignorance portent encore en elles les traces de l'obscurantisme. 

Ma grand mère ne savait pas que les feux follets étaient de méthane, bien sur. Mais si on le lui avait dit elle aurait intégré l'information sans pour autant en être persuadée.

De nos jours, dans les cimetières bétonnées aux allées goudronnées, personne ne voient plus de feux follets, n'en cherchez pas !

Mais regrettez bien de ne pas avoir la chance d'en croiser, les feux follets c'est vraiment, vraiment très joli. De plus... On ne sait jamais.... Peut être qu'il y a des esprits dont le tapis volant serait le méthane....

;)

-----------légendes :

Les feux follets apparaîssent sous la forme de petites flammeroles, de boules de feu ou d'émanations phosphorescentes qui se manifestent la nuit, notamment durant la période de l'Avent, dans les forêts désertes, près des tombes des cimetières ou au-dessus des marécages. 




Contrairement aux follets et folletti, que l'on classe avec les farfadets, les feux follets sont des âmes en peine réclamant des prières pour sortir du purgatoire, des âmes d'enfants morts sans baptême ou des esprits malfaisants qui cherchent à conduire les passants au fond des étangs ou au bord des précipices.

Dans les Landes, le fantôme du curé de Commensacq, l'abbé Ducasse, aparaissait en 1822 sur un chemin situé au nord du village, en surplis et étole. Mais il ne s'agissait que d'une illusion : 

" Ce chemin bordait un marais, et le peuple avait pris pour un revenant les feux follets qui s'élevaient par intervalles du milieu des marécages. "



A Pond-Audemer, feux follets étaient les spectres de femmes ayant péché durant leur vie, condamnées à revenir sous cette apparence durant sept ans.



En pays de Galles, les feux follets sont des esprits venus chercher un parent près de mourir ; la taille de la flammerole correspond à l'âge de l'agonisant : un petit feu follet annonce la mort d'un enfant.

En Angleterre, les feux follets ont pour nom Jack wih the lantern 

(" Jack à la lanterne ") ou Will o' the wisp (" Will au tortillon "). 

Ces ignis fatuus, " esprits du feu ", sont représenté comme de jeunes garçons porteurs de lanternes, qui entraînent les voyageurs égarés dans la forêt au bord des précipices. Puis ils soufflent leur bougie et précipitent les malheureux au fond du ravin. 

En pays de Galles, ce sinistre jeu est le fait du pwca, ou pooka, lutin follet à qui l'on attribue mille autres facécies de mauvais goût.





Comment s'en débarrasser ?

Il suffit de se signer ou de planter une aiguille en terre. Les feux follets doivent passer à travers le chas, et l'on peut mettre à profit ce délais pour s'enfuir. 

Pour échapper aux feux follets des étangs, il faut jeter une pierre dans l'eau. Persuadés qu'ils sont arrivés à leurs fins, les feux follets se précipitent alors dans l'onde en ricanant.


------- réalité :

Par la suite, les chimistes ont précisé ce point de vue en supposant que le feu follet provient des matières organiques en décomposition, qui dégagent de grosses bulles de méthane, CH4, de diphosphine P2H4, d'hydrogène phosphoré (phosphine), PH3, rendu spontanément inflammable à l'air par une faible quantité d'hydrogène phosphoré liquide, PH2. Cette explication est sans doute vraie quant à la substance du feu follet, témoin l'odeur de phosphore que ce météore laisse quelquefois après lui, mais elle ne concorde pas jusqu'au bout avec les faits. En réalité, le feu follet n'est pas une lueur instantanée; il peut briller dix, vingt, trente secondes et même, quoique rarement, plusieurs minutes; il ne produit pas de fumée; il n'enflamme pas; il ne roussit même pas les herbes sèches sur lesquelles il se pose. On doit nécessairement admettre que, dans le gaz qui constitue le feu follet, la proportion d'hydrogène phosphoré liquide ou de méthane est trop faible pour amener l'inflammation spontanée à l'air et que le météore brille seulement par une forme de phosphorescence, comme la couleur également le suggère.