mercredi 17 juin 2015

«les engagements hors-bilan», des pailles qui pèsent comme des poutres


Avec la dette immergée, l’endettement de l’Etat atteint 5 200 milliards d’euros

L’économiste Jean-Yves Archer a fait ses comptes, la dette de l’Etat atteint 5 200 milliards d’euros mais les Français ne le savent pas et sont persuadés qu’elle ne dépasse pas les 2 050 milliards. C’est sans compter « la dette immergée » :
il y a une dette immergée qui s’invite à bien des évènements de la vie de la sphère publique. Lorsque l’État apporte une garantie aux prêts bancaires de l’UNEDIC (dont la dette atteint 20 mds), cela ne se retrouve pas dans son bilan. Quand l’État soutient à bout de bras la situation de la banque DEXIA, cela n’est pas inscrit au bilan mais dans les cautions accordées. Lorsque l’État employeur prévoit la future retraite de ses agents, le montant des provisions pour pensions est inscrit ailleurs qu’au budget annuel approuvé par le Parlement.
Autrement dit, ces trois exemples illustrent l’importance de ce que l’on nomme «les engagements hors-bilan» de la France dont le montant total est égal à près de 3.200 milliards d’euros.
Dans cette question de dette publique, je dois observer que l’on abreuve les médias d’informations sur les quelques 2.000 milliards de dette au sens de Maastricht mais que la dette immergée n’est que très rarement évoquée sauf par le désormais sénateur honoraire Philippe Marini et par son collègue socialiste Gaëtan Gorce ou le député Charles de Courson. Si l’on aime la rectitude, il faut poser que notre dette totale est de 5.200 milliards.
Sans compter l’endettement de votre région, de votre département, de votre communauté de communes, de votre ville et bien sûr votre endettement personnel…
Ces chiffres sont faux ? Ils sont tous faux.
Fake data, fake jobs, fake euro, fake politic, fake everything,  but.... real debt ! 

Trois idées reçues sur la crise grecque :