jeudi 16 avril 2015

Une tête s'élève, coupons la !

Ça fait désordre un type de droite (vraiment à droite) qui dit des choses intéressantes ? 

Il semblerait... 

"Je suis Bernard Lugan" : c'est envisageable ? 


Source de "gauche" s'indignant de la "mise à l'écart" de Bernard Lugan

(Le blog de B.Lugan est en lien permanent ici)
-------------

L'africaniste Bernard Lugan vient de publier un communiqué protestant contre "la censure" dont il ferait l'objet de la part de l'Elysée, qu'il accuse d'un «sectarisme d'un autre temps» et d'un comportement de "tchékiste".  

Auteur de nombreux livres sur l'Afrique, éditeur de la revue L'Afrique réelle, Bernard Lugan, 68 ans, est connu pour ses opinions proches de l'extrême-droite, dont il n'a jamais fait mystère depuis le temps où il militait à l'Action française. Africaniste, il est contesté par d'autres spécialistes qui lui reprochent une vision réductionniste des sociétés et conflits africains qu'il décrypte, essentiellement, aux travers des clivages ethniques. Toutefois, ses analyses bien documentées, par exemple sur la crise libyenne ou maliennes, sont souvent lucides. Proche des milieux militaires, il intervient régulièrement à l'IHEDN et surtout à l'Ecole de guerre et ses positions sur le Rwanda l'ont rapproché de nombreux anciens. 
Cette affaire rappelle celle d'Aymeric Chauprade, enseignant en géopolitique à l'Ecole de guerre (alors Collège interarmées de défense) qui avait été licencié par le ministre Hervé Morin suite à la publication d'un livre exposant avec complaisance les thèses conspirationnistes sur le 11 septembre. Aymeric Chauprade a, depuis lors, confirmé son engagement partisan en étant tête de liste du Font national aux européenne, en Ile-de-France. Il est désormais député européen. 
Ce nouvel épisode m'inspire les mêmes réflexions qu'alors.
1- Attaché à la liberté d'expression, je trouve détestable que quelqu'un - un intellectuel en l'occurence - soit exclu, voire sanctionné, pour ses idées fussent-elles détestables. Et je considère sans hésitation que celles d'extrême-droite, mues par la haine, le sont. Mais je ne suis pas convaincu que Bernard Lugan ne dise que des sottises sur les sujets dont il a fait profession d'étudier et de vulgariser. 
2- Comme Aymeric Chauprade, Bernard Lugan fréquente depuis de longues années les amphis de l'Ecole militaire et a répondu à de nombreuses invitations de l'institution. Qui feindra de le découvrir aujourd'hui ?