jeudi 16 avril 2015

Une œillade et une agression dans le même sac !

Le Haut conseil a été saisi mi-février par les ministres Marisol Touraine et Pascale Boistard afin de plancher sur le problème du harcèlement sexiste dans les transports. Deux mois plus tard, l'instance rend avis et recommandations, assortis de plusieurs chiffres. Celui qui chagrine Sophie de Menton, le voici : selon l'étude du Haut conseil, 100% des utilisatrices des transports en commun ont été victimes au moins une fois dans leur vie de harcèlement sexiste ou d'agression sexuelle, en ayant conscience ou non qu'il s'agissait d'une atteinte.
L'un des postulats du Haut conseil est que ces phénomènes de harcèlement ou de violence "recouvrent une grande variété d'actes qui s'inscrivent dans un continuum de violences". Cela part du seul sifflement ou commentaire, jusqu'à l'injure puis l’agression. D'où ce pourcentage maximal de 100%. L'instance sous-titre dans son communiqué :
Toutes les utilisatrices des transports ont déjà été victimes, mais toutes ne l’ont pas identifié comme tel.

Vraiment je ne vois pas en quoi tout ceci fait avancer la "cause féminine". Au contraire !
Non, se faire siffler dans la rue par un homme n'est pas comparable à se faire agresser sexuellement ! 
Je me demande si ces femmes disposées à punir tous ces petits hommages masculins à la beauté ou au charme sont vraiment des femmes ! 
À tout mettre sur le même plan, un fourre tout grotesque, que cherchent-elles ? 
Elle vont mélanger aussi manœuvres de séduction et viol ? 
Elles sont folles ! Je dirais même hystériques ! 
:))