samedi 25 avril 2015

Tunisie : des lycéens célèbrent ISIS et Hitler

Dans plusieurs lycées tunisiens de Keirouan et Jendouba, à l’occasion de la fête de fin d’étude du bac de sport, des étudiants ont déployé des bannières à l’effigie d’Adolf Hitler ou de l’Etat islamique. 
Sur la page facebook d’un lycée de Jendouba, on peut également lire des phrases attribuées à Hitler traduites en arabe. Cette “fascination pour le Troisième Reich n’est pas rare dans les pays arabes, qui n’ont pas subi le traumatisme de la Seconde guerre mondiale et sont volontiers hostiles à l’Etat d’Israël”.
A Keirouan, une énorme banderole représentant un combattant de l’Etat islamique sabre à la main, au milieu de prisonniers en train de brûler ou d’être égorgés, a été déplié dans le lycée des Jeunes filles de Keirouan


Des images qui surviennent un mois après les attentats du musée Bardo, qui avaient fait 21 morts. Pour le site tunisien Businessnews, cette glorification de l’état islamique, de plus en plus récurrente chez un certain nombre de jeunes tunisiens, est avant tout un problème d’éducation
“C’est l’ignorance qui pousse ces enfants dans les bras des extrémismes de toutes sortes. Quand on laisse des gamins s’abreuver de YouTube et de Facebook, il n’est pas étonnant de les voir utiliser des références étrangères à leur cadre de vieIls n’ont pas le matériel intellectuel nécessaire pour prendre de la distance par rapport à ces personnages. C’est pour cela que Daech ou Hitler peuvent devenir des héros à leurs yeux”.
 Source 1
Source 2

Regardez la vidéo et dites moi si vous avez ensuite envie de partir en vacances en Tunisie ?


Une mouvance islamiste traverse le bassin Méditerranéen, la France aussi même si c'est plus discret. ISIS tue le tourisme tunisien et en accentuant la misère créé les conditions de sa propre existence. Bien joué, les gars !

Ceci étant, il est clair qu'une partie non négligeable des jeunes soutient ISIS et le fait savoir.
Il est temps ou trop tard ? Pour se poser les bonnes questions

En France comme en Tunisie.