jeudi 16 avril 2015

Le calme avant la tempête (décisive) sur la Grèce !

Greece was at the forefront of investors' minds on Thursday after the country's economic situation led ratings agency Standard & Poor's to cut its credit rating to "CCC+" from "B-" with a negative outlook.

Aujourd'hui : Un risque dégradation de la note de la Grèce de B à CCC + par Standard &Poor ! 

La sortie de la Grèce de l'Euro est vraiment à l'ordre du jour.



Les tensions entre la Grèce et l'Allemagne sont montées d’un cran hier. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ne cache plus désormais son manque d’optimisme et son agacement sur la question grecque : « Personne ne s’attend à ce qu’on trouve une solution », a-t-il déclaré hier, faisant référence à la prochaine réunion de l’Eurogroupe le 24 avril prochain.


Personne ne sait comment trouver un accord sur un programme encore plus ambitieux. On ne peut pas dépenser des centaines de milliards… dans une bouteille sans fond ».
Le 12 mai marquera une nouvelle étape, puisque le pays devra rembourser ce jour-là la somme de 747 millions d’euros au FMI. Comme Athènes ne devrait pas disposer de cette somme, on s’attend à ce que le pays fasse défaut.

Tout ça pour ça ? Maintenant ils connaissent la résistance aux privations d'une population de la zone euro ! 
Tout n'a pas été perdu dans le laboratoire grec. À part quelques grecs. Et nos zeuros.

La Grèce est prête à se vendre à la Russie et à la Chine, nous verrons...

3 commentaires:

  1. La Russie est ne seconde patrie pour nombre de Grecs qui ont fuit la région de Trébizonde (côte nord de la Turquie) quand les Kémalistes ont voulu les génocider. Ils se sont concentrés en particulier en Crimée et ont soutenu de tout coeur le retour à la patrie russe de la péninsule.

    Il ne faut pas perdre de vue que pour tout chrétien orthodoxe, Moscou est la 3e Rome, la capitale de l'impérium chrétien depuis la chute du communisme et le renouveau de l'orthodoxie en Russie.

    Le lien avec Moscou est plus grand qu'avec Bruxelles et il est réciproque (les Russes, les Slaves, les Roumains et les Arabes chrétiens considèrent les Grecs comme un peuple choisi par Dieu pour porter a seconde alliance aux nations)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ceux qui ignorent l'histoire Byzantine, quand Constantinople est tombée, il restait un fragment de l'empire romain aux confins de l'Anatolie et de l'Arménie : l'Empire de Trébizonde.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_de_Tr%C3%A9bizonde

      C'est l'ultime fragment de l'empire romain a perdurer, 65 ans encore après la chute de Constantinople. Le véritable dernier empereur.

      Trébizonde se dit en fait en grec Trapézonde de Trapèze qui signifie, trapèze, table ou banque.

      Trébizonde était un comptoir (=banque).

      Supprimer
  2. je me demande si la sortie de la Grèce ne serait pas le scénar préféré des élites européennes, ce qui permettrait de créer de toute pièce un coupable lorsque les pb économiques avec éventuellement l'éclatement de l'euro et mise en œuvre des bail in pour piquer nos avoirs en banque ( un régulateur des banques à mis en garde suite à la banqueroute d'une banque en Autriche qui aura des répercutions sur l'Allemagne) ..ils feront un bon bouc émissaire. c'est une analyse qui courrait chez les allemands il y a qq tps.

    steph

    RépondreSupprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.