jeudi 16 avril 2015

ISIS charme les filles

Selon la plateforme de signalement au djihad, pour la première fois, au mois de mars, le nombre de femmes françaises ou ressortissantes françaises recensées commecandidates au djihad sur le front irako-syrien a dépassé celui des hommes, à savoir 136 contre 125.
«Il y a une implication importante des femmes et c'est un phénomène nouveau par son ampleur», a souligné le préfet Pierre N'Gahane.
Une tendance qui ne doit rien au hasard car Daesh a développé sa propagande à l'égard des femmes. On leur vante un idéal, la possibilité de rencontrer l'âme sœur et de donner un sens à sa vie. Les femmes seraient aussi moins repérables par les autorités et arriveraient plus facilement à parvenir sur le front irako-syrien.  Source
---------
Non, il ne s'agit pas des "femmes" ! Il s'agit des "jeunes femmes ou des jeunes filles". C'est différent. 
ISIS c'est le joueur de flûte qui nous enlève nos enfants ou ISIS nous rejoue l'enlèvement des Sabines.

Le "joueur de flûte", d'après moi représente bien la situation.


  • Les enfants voulaient abandonner leurs parents et Hamelin ( leur village en 1284) pour créer leur propre village, à l’époque de la colonisation de l’Europe orientale. 
  • Les enfants quittèrent la ville pour prendre part à un pèlerinage, une campagne militaire, ou une nouvelle croisade d’enfants mais ne retournèrent jamais chez leurs parents. Ces théories présentent le joueur de flûte inconnu comme leur dirigeant ou un recruteur. Source



Nos enfants sont dégoûtés par ce que nous sommes capables de leur offrir. et peut être davantage encore nos filles. ils veulent peut être et même sûrement au départ construire leur monde à eux.

Les enfants, les jeunes gens rêvent, c'est le propre de leur âge, ils imaginent leur vie et quand ils voient celles de leurs parents ils ont envie d'autre chose.

Je ne pense pas qu'il y ait un "profil type" de la jeune fille qui part rejoindre un "combattant" d'ISIS.

Peut être, à mon avis, un échec scolaire et donc cette angoisse d'être une "moins que rien" et sans la liberté que donne les rétributions. 

Je pense qu'il y a des converties à l'Islam simplement pour "partir". Changer de vie comme disaient les psychiatres avant de disparaître dans leur comportementalisme et leur "développement personnel".

Ces jeunes filles n'en veulent pas du développement personnel, elles veulent construire un état dans

lequel elles auront leur place ! 

C'est un magnifique projet ! Qui peut dire le contraire ? 

Évidemment, arrivées sur place, l'histoire est différente et se finit mal. 

Je n'ai jamais lu ( et pour cause) le témoignage d'une de ces jeunes femmes au sujet de leur quotidien avec ISIS. Je tiens à dire honnêtement que je ne sais pas du tout quelle peut être leur vie.

La propagande d'ISIS est mensongère et celle des médias aussi.

En fait, comme d'habitude, il doit y avoir des bons et des mauvais époux. Puisque ces filles sont soumise elles dépendent de la qualité de leur "mari".

Quant à enlever les femmes c'est vieux comme le monde ! Voir L'enlèvement des Sabines

Les femmes sont une arme de guerre redoutable.

Sauf les guerrières amazones africaines mais c'est une autre histoire...


Une grande partie d'entre elles furent enlevées au hasard des circonstances ; les plus belles étaient 
destinées à l'élite des Pères et des Plébéiens auxquels ce soin revenait, les amenaient chez eux ; (...) la panique trouble le jeu public ; affligés, les parents des jeunes filles s'enfuient, se plaignant qu'on a violé les lois de l'hospitalité et invoquant le dieu pour la fête et les jeux duquel ils sont venus, trompés 
par l'image de la religion et de la loyauté. Pour les jeunes filles enlevées, il n'y a ni amélioration à espérer ni moins grande indignation.  Tite-Live 






 Nicolas Poussin, L'Enlèvement des Sabines, vers 1640
© [Louvre.edu] - Photo Erich Lessing