jeudi 23 avril 2015

Stress hydrique, surpopulation et migrations

Quatre après son éclatement, le conflit syrien a déjà fait plus de 215.000 victimes, selon les dernières données publiées par l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Mais les habitants du pays et leurs voisins proches doivent désormais affronter une menace bien plus périlleuse encore que les bombardements : l’appauvrissement des ressources en eau. Le point de rupture imminent de l’ensemble des nappes phréatiques de la région, dont les maigres réserves sont sur le point de mordre la poussière.
Plus d’eau, ni de réseaux
Le Proche et le Moyen-Orient n’ont jamais ressemblé à des paradis tropicaux. Tous deux sont situés au cœur du triangle désertique qui s’étend du Maroc aux portes de l’Asie centrale, et font face depuis de nombreuses années à des vagues de sécheresse sans précédent, qui posaient déjà de nombreux problèmes d’approvisionnement hydrique hors conflit. 

Mais les combats incessants qui ravagent la Syrie et l’Irak depuis des années, les vestiges de la guerre du Liban et le conflit perpétuel qui oppose Israël aux territoires palestiniens ont entre-temps détruit une bonne partie de leurs réseaux d’approvisionnement, dont l’effondrement ne serait lui aussi plus qu’une question de mois, selon un rapport publié mercredi par le Comité international de la Croix Rouge.

Merci "Anonyme"  qui a laissé cette source ci !

 « With water you can make politics. With land you can make war », affirme Benyamin Netanyahou dans un congrès sur la gestion durable de l’eau en 1995.

Le niveau moyen des ressources en eau de l’ensemble des pays de la zone tourne autour de 1 400 m3 par personne par an. D’ici à 2025, ce niveau sera divisé par deux en raison de l’accroissement démographique. 

L’agriculture engloutit jusqu’à 90 % de l’eau douce, contre une moyenne mondiale de 70 % (4). L’industrie et les usages domestiques se partagent le reste.

D’un point de vue strictement physique, la quantité d’eau sur Terre est constante.

Le Moyen-Orient est le théâtre d’un subtil paradoxe. Avec 1 % de l’eau de la Terre pour 6 % de sa population, il souffre de stress hydrique. Or, cette situation ne l’empêche pas de gaspiller l’eau dont il dispose dans une agriculture globalement sous-développée.

Source

Un point sur le stress hydrique

. « Les prochaines guerres seront conduites pour l’eau », annonçait en 1995 Ismail Serageldin, alors président de la Banque mondiale.

Source rapport de l'AN

Dans ce rapport ce qui est le plus frappant ce ne sont pas les chiffres désolants mais le fait que 
certains produisent des rapports instructifs que les autres s'empressent de ranger dans les tiroirs.

On sait mais on ne fait RIEN ! Ça pourrait nous fatiguer....


ISIS et l'eau en Irak

Une autre source sur l'Irak

Une autre page des clefs du moyen orient

Et pour terminer cet article de Reuters d'hier où il est clairement explicité que les vagues migratoires sont directement dues aux catastrophes climatiques et aux stress hydriques qui en découlent. !

Nigeria, 223 millions de personnes attendues en 2020, âgés de 30 ans en majorité, avec un assèchement des sols de 1350 miles au carré par an.... 

Reuters. Pourquoi l'émigration ne s'arrêtera pas ! Ils n'y a pas assez d'eau

Politiquement, géo politiquement, écologiquement... Est-ce intéressant. ? .   

Pas vraiment, tout ceci est dit et redit. Exactement comme pour les réserves pétrolières.

Chacun de nous sent maintenant dans son quotidien la pression du stress hydrique planétaire. 
Au vu des factures et au vu des files de réfugiés "politiques" qui en fait sont des réfugiés de la misère. 

La seule question reste "pourquoi on a laissé faire' ? On savait, on n'a rien fait.

D'autre part, la variable d'ajustement reste le nombre d'humains pas la quantité d'eau !

La Dépopulation est moins onéreuse que la gestion de l'eau ! 


La région du monde la plus peuplée et sans d'eau en quantité suffisante est... Le moyen orient.
Le berceau de l'humanité.

Allez des cartes !

:)

















2 commentaires:

  1. Ben non ! La variable est stopper l'agriculture intensive le bétonnage intensif
    l'empoisonnement des eaux et de l'espace aérien par les produits chimiques et il y aura de l'eau pour tout le monde. vevave

    RépondreSupprimer
  2. Merci "Anonyme" qui a laissé cette source ci !

    de rien je savais que sa te t'intéresserait :)

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.