samedi 31 janvier 2015

Il faut toujours faire confiance au Lazard

Le gouvernement français, la banque Lazard, les organes de presse largement subventionnés, profitent des " restructurations grecques" ! Mais que reste-t-il à voler ? Pardon... Sauver ?! 


http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/mathieu-pigasse-patron-de-lazard-france-merci-la-crise-787609



Et après on dira que le système est mal fait ?!!!







Extraits :

Plus les Etats surendettés s’enfoncent dans la crise, plus Lazard, leur banque conseil favorite, se porte bien.
Et plus Matthieu Pigasse en profite, puisque sa rémunération (environ 5 millions d’euros par an) est directement indexée sur les performances de sa boutique.
Après un coup de mou en 2011 (le chiffre d’affaires avait baissé de 19%), les comptes de Lazard ont reverdi en 2012. Un rebond largement dû à la Grèce, qui a versé une commission record de 25  millions d’euros à la banque du boulevard Haussmann.
Lors d'une restructuration de la dette grecque, en 2012, seule la dette privée avait été restructurée et non celle détenue par l'UE et le FMI, a-t-il rappelé: "sur les 320 milliards et quelque de dette, 75% est détenue par des mains publiques. La restructuration doit porter sur cette dette publique", qui représente donc environ 200 milliards d'euros.

Quel est cet individu suffisamement privilégié pour disposer de toute l'attention du nouveau Premier ministre, deux jours à peine après l'arrivée de celui-ci à Matignon? La plupart des médias présentent souvent Matthieu Pigasse comme un "patron de presse" (co-actionnaire du Mondedu Huffington Post et -bientôt- du Nouvel Observateur, propriétaire des Inrockuptibles), un "ancien conseiller de DSK", un "proche de Laurent Fabius" et un simple "banquier d'affaires" en omettant régulièrement de citer le nom de sa banque pourtant prestigieuse.

--------

C'est extra chouette ? Non ! Source 1
Source 2 Source 3Source 4


Il n'y a pas d'intérêt à ajouter les sources. Tsipras de Siriza fera ce que Pigasse de Lazard lui dira ! Ni plus ni moins.

Ce n'est pas un complot c'est un système