jeudi 20 février 2014

Narcisse n'a pas connu le "Selfie", dommage !

Version du mythe selon Ovide :

À sa naissance, le devin Tirésias, à qui l'on demande si l'enfant atteindrait une longue vieillesse, répond : « Il l'atteindra s'il ne se regarde pas. »
Il se révèle être, en grandissant, d'une beauté exceptionnelle mais d'un caractère très fier : il repousse de nombreux prétendants et prétendantes, amoureux de lui, dont la nymphe Écho.
Une de ses victimes éconduites en appelle au ciel. Elle est entendue par Rhamnusie - autre nom de Némésis - qui l'exauce.
Un jour qu'il s'abreuve à une source, Narcisse voit son reflet dans l'eau et en tombe amoureux.

Il reste alors de longs jours à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir rattraper sa propre image. Tandis qu'il dépérit, Écho, bien qu'elle n'ait pas pardonné à Narcisse, souffre avec lui ; elle répète, en écho à sa voix : « Hélas ! Hélas ! ».

Narcisse finit par mourir de cette passion qu'il ne peut assouvir. Même après sa mort, il cherche à distinguer ses traits dans les eaux du Styx. Il est pleuré par ses sœurs les naïades. À l'endroit où l'on retire son corps, on découvre des fleurs blanches : ce sont les fleurs qui aujourd'hui portent le nom de narcisses.

source

selfie parmi des milliards d'autres.



 narcisissisme :

 Paul Näcke (1851-1913), psychiatre et criminologue Allemand a intégré le concept de narcissisme à la psychologie clinique en 1899 pour définir une forme de perversion : il désignait originellement un comportement par lequel un individu traite son corps comme un objet sexuel : il le contemple en y prenant un plaisir sexuel, le caresse jusqu’à parvenir à la « satisfaction » complète ». Le narcissisme a dans cette perspective la signification d’une perversion qui a absorbé la totalité de la vie sexuelle de la personne. 

 Ce n'est qu'en 1909 que Freud entreprit de redéfinir le terme : il parle de narcissisme primaire, pour désigner une période de l'enfance où le bébé investirait préférentiellement sa personne, encore peu différenciée de celle de l'autre.

 Le « narcissisme secondaire » désigne un investissement libidinal de soi qui se fait au détriment de l'investissement libidinal de l'autre. 

Dans les cas les plus graves, cet investissement se fait en circuit fermé. Freud pensait que la schizophrénie était un trouble du narcissisme.

une source comme une autre 

il y a vraiment beaucoup d'humains à tendances schizophréniques encouragées !