vendredi 28 février 2014

Google traite votre ADN pour votre bien

Google lance Google Genomics, une API qui permettra aux chercheurs d'envoyer leurs séquences ADN pour les traiter avec le cloud de Google, et les partager avec la communauté scientifique.

 La guerre commerciale que se livrent les géants du cloud pour posséder chez eux les informations génétiques de millions d'individus a commencé. Alors que nous rapportions en début de semaine que la firme IBM s'imaginait être capable d'ici cinq ans d'analyser l'ADN des patients pour proposer aux médecins un traitement adapté en quelques minutes, Google a annoncé vendredi la mise à disposition d'une API dédiée au traitement du génome, baptisée Google Genomics

  Malgré son caractère particulièrement sensible, l'API Google Genomics n'est pas soumis à une politique particulière de protection des données.

 Un projet qui promet effectivement des avancées spectaculaires pour la médecine personnalisée, mais qui implique aussi en partie de confier ses données de santé aux quelques firmes privées qui disposeront des capacités de calculs et des algorithmes nécessaires. C'est tout le service public médical qui risque d'être remis en question, avec de très nombreuses autres questions éthiques et sociétales qui commencent tout juste à être abordées.

  Pour conforter sa place dans le traitement des informations génétiques, Google a également annoncé jeudi qu'il rejoignait le consortium Global Alliance for Genomics and Health (GAGH), en cours de formation depuis juin 2013. "L'Alliance est un effort international pour développer des approches harmonisées pour permettre un partage responsable, sécurisé et efficace de l'information génomique et clinique dans le cloud", explique Google, qui assure que le consortium respecte "les plus hauts standards d'éthique et de vie privée".

Mais le livre blanc (.pdf) publié par l'Alliance en juin dernier n'apporte aucune garantie. Il expose les problèmes d'éthique et de vie privée, les différences de régulations entre les pays, et propose que l'Alliance joue un rôle d'harmonisation de ces politiques à l'échelle mondiale. En clair, il s'agit d'un lobby.

 source et plus

il faut nous trier. 

les bons gènes qui survivront à cette planète en folie, abimée, empoisonnée à laquelle nous ne sommes plus adaptés et les mauvais gènes qui sont inutiles mais portés par des humains qui ont toujours faim et qui veulent des smart phones.

ensuite, il faut "augmenter" la capacité de l'humain à résister aux changements planétaires. manger du poisson irradié et ingérer des pesticides ne garantit toujours pas la pérennité de l'espèce humaine. 

on trie et on "augmente", logique ! de plus sans "augmentation" significative, impossible d'aller détruire d'autres planètes !

 une planète à notre image. du Jardin d'Eden à maintenant. (moment de nostalgie).

 
Gustave Doré. illustration de la Bible. 

click source avec toutes les illustrations pour ceux qui aiment