dimanche 1 décembre 2013

les esclaves, exemple

 Hollister c’est la marque « cool » du groupe américain Abercrombie & Fitch, qui s’inspire de la mode décontractée en vogue dans le sud de la Californie :

conditions de travail :

pour les hommes, « les pattes doivent être rasées de façon à ne pas dépasser le milieu de l’oreille » et aucune pilosité faciale n’est autorisée, pas de bouc, barbe ni même une moustache. Pour les filles, seules les couleurs naturelles sont autorisées pour le maquillage et elles doivent travailler en tongs. Et évidemment, tout le monde doit porter les vêtements de la marque, vêtements que les employés doivent s’acheter avec leur salaire, en profitant tout de même d’une réduction de 50%.
Au total, pas moins de 24 exigences qui vont de la coiffure aux ongles des pieds et qui outrepasseraient, selon des rapports d’enquêtes de l’inspection du travail et de la médecine du travail, les règles admissibles dans les commerces de vêtements. source


  il y a plus grave. L’ensemble du décorum utilisé dans les magasins Hollister pourrait nuire à la santé des employés. D’abord, une musique assourdissante, dépassant les 80 décibels, est diffusée en permanence. A ce niveau sonore, susceptible d’altérer l’audition, l’entreprise est tenue de fournir des bouchons d’oreille à ses employés. Ce qu’elle fait, mais ces appendices ne sont pas vraiment listés dans le dress code. Quant à l’ambiance lumineuse dans le magasin, elle repose sur des spots très puissants, mais très concentrés, contraignant les employés à faire de constants ajustements entre des zones très éclairées et des zones trop sombres.
Autre risque pointé par les inspecteurs du travail, l’utilisation de parfums dont certaines composantes peuvent être allergisantes (coumarine et limonène). Et la médecine du travail parisienne note en outre que l’obligation de porter des tongs, associée à la station debout en permanence, « provoque de manière récurrente des maux de dos ».
 des employés confirment ces problèmes.

la plupart des employés font avec, car ce sont en majorité des étudiants qui ne travaillent à Hollister que quelques heures par semaine. un magasin de Strasbourg, ouvert depuis le 1er décembre 2011, emploie 120 salariés, pour 40 équivalents temps-plein.
Ils sont divisés en deux catégories : les « impact » et les « models ». En gros, tout le monde effectue le même travail, a le même salaire et est beau. Mais il semblerait que les impacts le soient moins : ils travaillent parfois dans le stock alors que les models, eux, sont toujours visibles du public, en magasin ou en caisse.

 « On a que huit chansons dans la playlist, ça rend fou! Parfois, j’ai des acouphènes à la fin de la journée. Alors quand en plus, je me retrouve bloqué à l’entrée dans une zone d’environ 4m², à m’affairer autour d’une pauvre table et d’une étagère, à sortir la « tagline » toutes les 30 secondes, avec le diffuseur de parfum juste au-dessus de ma tête… On est tout le temps surveillés. On a même un « floor supervisor »: un manager qui marche et surveille l’état des rayons toute la journée. Je peux vous dire que même si c’est que pendant cinq heures, c’est super long ! »

 et bientôt le dimanche aussi !

non, je rigole ! ce ne sont pas des esclaves ! ce sont des salariés !

6 commentaires:

  1. Je ne sais pas pourquoi, mais ça m'amuse !

    RépondreSupprimer
  2. Je vis en Absurdie.... Et j'en ai marre de tous ces cons ;)

    RépondreSupprimer
  3. On devient tous des esclaves dans les boites: par le biais notamment des entretiens individuels ou sont fixés des objectifs sans qu'on dispose de moyens suffisant pour les atteindre, les réunions d'équipe où le droit du travail est réécrit en droit du chef,...

    Steph

    RépondreSupprimer
  4. Moi ce qui m'épate le plus ce sont les gens qui trouvent le moyen de "trainer leurs guêtres" et de "magasiner" dans ces antres et surtout: qui SUPPORTENT çà pour chercher de la fringue!!...
    J'suis bluffée car j'sais pas comment y font, mais ce genre d'ambiance çà m'empêche d'entrer ou çà me fait ressortir immédiatement !
    Est-ce que les clients ne se plaignent jamais ou est-ce que ces boutiques ne font jamais de testing satisfaction client pour imposer çà à leurs employés????
    Quel Monde surréaliste!!...

    RépondreSupprimer

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.