lundi 16 septembre 2013

la porte ouverte et la réflexion de Pandore

Nice aujourd'hui. plus
(rappel : Le commerçant a poursuivi les deux malfaiteurs dans une rue adjacente, alors qu'ils prenaient la fuite en scooter. lire : a tiré dans le dos ?).

"La page Facebook, intitulée «Soutien au bijoutier de Nice», comptait 1,5 million de «fans» lundi en début d'après-midi. Une pétition électronique, créée le 11 septembre, jour du braquage, a également recueilli plus de 58.000 signatures. 

hum, hum...je veux bien qu'on ouvre toutes les portes, toutes. je pense même qu'il le faut ! 
mais, attention ! 
cette manifestation signe aussi la fin de la démocratie, de l'état de droit. de l'égalité devant la Justice.

sans aucun jugement moral préalable sur le sujet, accepter l'idée que les "élus" ne votent pas les bonnes lois et exprimer aussi que la Police ne "fait pas son travail", c'est ouvrir la déferlante des milices privées et des "dérapages", puis des prévarications et du clientélisme.

on connait les rouages ancestraux.

à la fin de l'histoire "les riches" ont une police, les "pauvres" payent. (raccourci, certes, mais c'est historiquement ainsi !) .

nous savons que tous les français sont "à bout", à bout de tout, des grandes et criantes injustices comme des petites ou grandes peurs du quotidien.

je serais "le gouvernement", je tenterais désespérément de maintenir "l'ordre"  avant que le chaos ne s'installe.

le seul "ordre" qui ne soit jamais sorti du "chaos" c'est l'asservissement du plus faible par le plus fort.

"la récompense des élections" et la "promesse d'un possible vote rageur" retiendra-t-il 
l'électeur ? la "pensée de se défouler dans l'urne" suffira-t-elle ?

c'est encore loin et ça sent mauvais pour la République Une et Indivisible. 
le temps presse, il semblerait.




Pandore, par Jules Joseph Lefebvre, 1882,

la Boîte de Pandore contenait tous les maux de l'humanité, notamment la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie, la Passion, ainsi que l'Espérance.
Une fois installée comme épouse, Pandore céda à la curiosité  et ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus. 

Elle voulut refermer la boîte pour les retenir, il était trop tard ! 
Seule l'Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée.