lundi 2 septembre 2013

Fukushima : envoyer l'Armée et sauver le code génétique !

pendant que nous regardons ailleurs, Fukushima continue de ...s'effondrer, fuir, se liquéfier dans l'océan, et pour finir contaminer la chaîne alimentaire, l'air, la terre, pour mieux modifier notre ADN.

l'humain va être profondément modifié, à tout jamais. dans un silence complet.

1) Ortho offre son point de vue et ses solutions, ici :

 UN APPEL A L’ AIDE, QUE NOUS NE POUVONS IGNORER. MAIS QUI ARRIVE BIEN TARD.

conclusions d'Ortho (à lire sur son lien) :

 Sinon (cf. : lien) ce sera Dien Bien Phu 

2) demain ça sera pire !  

3) hier, ceci, aujourd'hui cela, demain davantage...

4 ) 
Tepco continue d'enchaîner les négligences et les bourdes, comme le montre la série actuelle de fuites d'eau hautement radioactive.

Des réservoirs qui fuient et dont on ne sait rien

Au total, la compagnie doit déjà faire face à quelque 400 000 tonnes d'eau polluée enfouie dans le sous-sol ou stockée dans des réservoirs, un volume qui augmente chaque jour de 400 tonnes, sans compter les 300 tonnes environ qui filent quotidiennement en mer. Après des bassins de rétention qui ne sont pas étanches, Tepco a découvert un réservoir cylindrique de 1 000 tonnes au tiers vidé, une fuite encore inexpliquée mais déjà qualifiée de "grave" par l'autorité nucléaire. Et ce n'était pas la première du genre : quatre autres avaient déjà eu lieu dans le passé, sans être commentées.
Qui est le fabricant des réservoirs ? Dans quelles conditions le choix des citernes a-t-il été effectué ? Sont-ils adaptés ? À ces questions et à bien d'autres Tepco refuse de répondre. Quant à l'entreprise non officiellement nommée qui a fourni ces équipements (Tokyo Kizai Kogyo, en l'occurrence), elle se retranche derrière des clauses contractuelles pour ne livrer aucun détail sur ses réservoirs. Si bien que l'on ne sait pas s'ils sont effectivement conçus pour stocker de l'eau hautement radioactive et, le cas échéant, pendant combien de temps. Ce serait quand même bien d'être informés, vu que pas moins de 350 engins du même type ( et 700 d'autres conceptions) sont installés sur le site. Le tout est à la merci d'un nouveau séisme ou tsunami, avertit le professeur Hiroshi Miyano, expert de la conception de centrales. "L'eau radioactive accumulée est en partie issue d'eau de mer et contient donc du sel. (sans déconner, il est temps que quelqu'un avec une tête aille faire la police ! les russes ? les français ? les américains ? il est temps que la Monde travaille en équipe !)  Or, l'acier utilisé rouille facilement et il existe des risques de trous de corrosion", ajoute le professeur Akio Hata, spécialiste des questions de pollution.

"Vérifiez par vous-même !"

"Nous pensons que la façon dont votre entreprise gère l'eau contaminée a totalement failli", s'est agacé cette semaine Hiroshi Kishi, chef de la fédération de plus de 1 000 coopératives de pêche du Japon, face à un patron de Tokyo Electric Power (Tepco) démuni. "Nous sommes extrêmement inquiets de l'impact incommensurable (de cette gestion) sur l'avenir de notre industrie", a-t-il poursuivi. Les pêcheurs ne sont pas les seuls à avoir le sentiment d'être menés en bateau.
"Je ne peux pas répondre à cette question, vérifiez par vous-même", "je n'ai pas les données sous la main" sont des réponses très fréquentes aux questions. "Une telle communication est exécrable. Cela montre que vous ne savez pas ce que vous faites." Face au patron de Tepco, Dale Klein, ancien président de la commission de régulation nucléaire des États-Unis, ne mâche pas ses mots. "Cette façon de faire démontre de graves lacunes de prise de décision", a tancé cet expert. (HALLUCINANT !!!)
Les dirigeants de Tepco ont beau présenter des excuses et les responsables enchaîner les conférences de presse, parfois plusieurs par jour, l'opérateur parvient quand même à omettre de donner des informations essentielles, comme le fait que depuis deux ans, et certains le savaient, des quantités énormes d'eau radioactive s'écoulent du sous-sol de la centrale dans l'océan. Tepco a fini aux forceps par reconnaître que cette eau souterraine pleine de tritium, strontium, césium et autres éléments radioactifs ne stagnait pas sous terre entre la centrale et la mer, comme prétendu auparavant, mais descendait bel et bien jusqu'à l'océan. 

 Récemment encore, de la vapeur s'est échappée du réacteur n° 3, le plus amoché des six. Tepco a expliqué benoîtement que "de l'eau de pluie s'était accumulée et s'évaporait au contact de la cuve du réacteur", tout en prétendant que la température de cette dernière ne dépassait pas 40 degrés. De quoi laisser sceptique. Parfois, on a la nette impression que la compagnie se moque ouvertement du monde. Ainsi lorsqu'elle annonce en mars dernier qu'une coupure de courant, dont les conséquence auraient pu être dramatique, a été provoquée par "un petit animal". Pourquoi ne pas dire "un rat", puisque les photos du rongeur terrassé par le court-circuit ne laissaient pas place au doute. "Qu'un rongeur puisse s'introduire dans les installations, c'est de l'ordre du prévisible, non ?" s'étonnèrent alors les experts. "Cela fait deux ans que l'accident dure, et Tepco continue d’œuvrer aussi piteusement", s'était agacé le professeur de régulation nucléaire Muneo Morokuzu de l'université de Tokyo. "Vulnérables à un rongeur, les équipements le sont aussi au terrorisme", renchérissait le sénateur de droite Masahisa Sato. Et d'ajouter : "Il faut cesser de confier la gestion de cette crise à Tepco."




5 ) notre ADN : lire
"On peut penser qu'une période de tâtonnement a précédé l'adoption du code que nous connaissons (code réel) ; mais une fois adopté, son maintien paraît définitif. Une nouvelle mutation serait éliminée par " sélection naturelle "....
 ....C'est comme si le réel hésitait devant chaque carrefour, mais une fois une voie choisie, il est impossible de revenir en arrière. Après chaque bifurcation, la porte franchie se referme."


  Chez l'homme, comme pour tout être vivant, l'ADN est le support de l'information génétique...
.................
 ...............Or les rayonnements radioactifs peuvent rompre un - ou plus rarement deux - des brins de la molécule d'ADN. Celle-ci peut alors mourir, ou être réparée par des enzymes. Lorsqu'un nombre important de cellules a été tué, les organes ou les tissus touchés deviennent inefficaces : cette conséquence est appelée effet déterministe. Il peut se manifester à partir d'une dose reçue de 200 millisieverts (mSv). Les effets causés par une mauvaise réparation d'une molécule d'ADN par des enzymes, peuvent apparaître sous plusieurs formes : des cancers (tumeurs ou leucémies) ou des maladies héréditaires transmises aux descendants de la personne atteinte. Toutefois, ces effets peuvent ne pas se développer. Les conséquences d'une irradiation dépendent de la dose reçue ....

 je ne connais pas les "rebelles syriens", je n'ai pas les résultats des enquètes de l'ONU sur les gaz toxiques, mais par contre des scientifiques nous apprennent que l'humain va être profondément modifié. modifié "à la source, au code", que l'humanité sera "différente" mais sans son consentement.

ils ont des ordres des extraterrestres chez Tepco ? (blague. koike....).

Pour toutes ces raisons, quand "Ortho" en appelle à la Légion Étrangère, je suis d'accord avec lui !


Sinon ce sera Dien Bien Phu
Une organisation genre  " Pionniers de la Légion Étrangère",  pour gérer
l’ Encadrement, les Services et la Logistique.