jeudi 29 août 2013

violence ordinaire

 «Il y a toujours un peu d’appréhension avant d’aller travailler. Parfois, on n’est pas tranquille».
  
les agressions "normales" dans les hôpitaux :

Pour Alain Leduc, secrétaire général adjoint du syndicat FO, :

«la violence a toujours existé dans les urgences des hôpitaux, à Purpan, comme à Rangueil. Les injures, menaces et autres insultes font malheureusement partie du quotidien.»

Ces agressions verbales sont relevées sur des fiches d’incidents. «En juillet et août, nous avons recensé 7 agressions verbales violentes, mais pas de violences physiques», dit-il.

«Aujourd’hui, aux urgences, les sources de conflit sont de deux natures : il y a ceux qui paient la sécu et donc qui estiment que la prise en charge est un dû, qu’ils ne doivent pas attendre. Et il y a le problème du nombre de brancards les jours de forte affluence. On trie les urgences en fonction des cas ce qui génère des temps d’attente à l’origine des crispations.».

 la violence liée à la misère. misère de l'éducation, des moyens financiers et des structures de l'état qui doivent fonctionner avec toujours moins.

mélanger le tout, vous obtiendrez un explosif !

lien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.