lundi 29 juillet 2013

terres stériles et régimes autoritaires

"Ces plantes sont en vie , mais en fait, elles sont mortes à l'intérieur."

c'est ce que dit un paysan chinois qui tente de cultiver du riz à proximité d'une usine polluante.



In Dapu, a chemical factory sits next to a farm. 'Nothing comes from these plants,' says a local farmer.


une série d'affaires (de scandales sanitaires) récente a mis en évidence la propagation de la pollution à l'extérieur des zones urbaines, ce qui englobe désormais de vastes étendues de zones rurales agricoles, y compris le cœur agricole de la Chine.

selon les estimations des chercheurs (affiliés à l'état) entre 8% et 20% des terres arables de la Chine, soit quelques 25 à 60 millions d'acres, sont maintenant contaminés par des métaux lourds.  
Une perte de seulement 5% pourrait avoir des conséquences désastreuses.

En Chine en dessous de la «ligne rouge» de 296 millions d'hectares de terres arables qui sont actuellement nécessaires, selon le gouvernement, on ne pourrait plus nourrir les 1,35 milliard d'habitants du pays.
la pollution constitue une menace existentielle pour le régime actuel.

après les possibles émeutes de la faim en Chine, la chute du régime politique chinois ou la dictature militaire renforcée du dit-régime ? 

la pollution fait des ravages partout ailleurs, l'Amérique et l'Europe ne sont pas épargnées.

il est intéressant de noter que la pollution de l'air et de l'eau paraissent moins inquiétantes de prime abord que la pollution des terres arables. comme si l'important était l'acte de respirer, quoi que nous respirions et de boire quoi que nous buvions !

il s'avère que la pollution des terres en stérilisant les cultures soit bien plus dangereuse et que même la télévision ne puisse faire taire les ventres affamés.

à table !

bientôt, en Chine, de consommables ne resteront que les chinois.
;0)

click source. traduc. Google et Wendy

we are fucked !