lundi 10 juin 2013

le "pic des sols" ou "l'histoire de 9 milliards d'humains sur un grain de riz"

 "l’Angleterre dans le tiers monde". c'est maintenant !

donc, nous aurons du pétrole, et ça, c'est vraiment super chouette ! 

malheureusement nous n'aurons peut être pas de terres cultivables ni assez d'eau potable pour nourrir les 9 milliards d'humains prévus pour le milieu du siècle. l'article ici

mais, n'oublions pas : on peut imprimer de la nourriture en 3D. la nourriture sera possiblement synthétique. on pourra donc nourrir 9 milliards d'humains génétiquement modifiés et "augmentés".
ainsi tous ces soucis, tout ce "manque" étalé dans ces pages ne sont que billevesées et cet article du Guardian est à jeter à la poubelle (couleur au choix).
que dit cet article :


De nouvelles recherches sur les terres, le pétrole, les abeilles et le changement climatique montrent qu'une crise alimentaire mondiale est imminente sans une action urgente.

 Un nouveau rapport indique que le monde aura besoin de plus que doubler la production alimentaire au cours des 40 prochaines années pour nourrir une population mondiale en expansion.

 " les  calories alimentaires disponibles dans le monde devront augmenter d'environ 60 pour cent par rapport aux niveaux de 2006» afin d'assurer une alimentation adéquate pour la population. 

Environ 24% des gaz à effet de serre proviennent de l'agriculture, ce qui englobe le méthane provenant de l'élevage, l'oxyde nitreux provenant des engrais, du dioxyde de carbone provenant des machines et de la production d'engrais. le changement d'affectation des terres pose aussi de nombreux problèmes.

L'agriculture industrielle, constate le rapport, est un contributeur majeur au changement climatique qui, à son tour déclenche "les vagues de chaleur, les inondations et l'évolution des tendances des précipitations", avec "des conséquences néfastes pour le rendement des cultures mondiales." (cercle vicieux).
l'agriculture mondiale est un gros consommateur d'eau, elle représente 70 pour cent de la consommation d'eau douce. Les eaux de ruissellement provenant des champs agricoles peuvent créer des «zones mortes» et «les eaux côtières se dégradent partout dans le monde".  le changement climatique contribue à l'augmentation du stress hydrique dans les régions productrices de cultures, la production alimentaire en souffrira encore plus.
 le rapport souligne que le problème fondamental est l'impact des activités humaines sur la terre elle-même, estimant que:

    
"... La dégradation des terres affecte environ 20% des surfaces cultivées dans le monde".


 Au cours des 40 dernières années, environ 2 milliards d'hectares de sol - ce qui équivaut à 15% de la superficie émergée de la Terre (une superficie plus grande que les États-Unis et le Mexique combinés) - ont été dégradés par les activités humaines, et environ 30% des terres cultivées du monde sont devenus improductifs.

 Le sol est en fait, une ressource non renouvelable et s'épuise rapidement.

Nous sommes à court de temps. Dans tout juste 12 ans, indique le rapport, des estimations prudentes suggèrent que le stress élevé sur l'eau va affliger toutes les principales régions :  en Amérique du Nord et du Sud, l'Ouest et Afrique de l'Est, l'Europe centrale et la Russie, ainsi que le Moyen-Orient, le sud et le sud -Est asiatique.
 le rapport donne un autre facteur critique - le lien inextricable entre le pétrole et la nourriture. Au cours de la dernière décennie, les prix des denrées alimentaires et du carburant ont été fortement corrélés.

un nouveau rapport de la Banque mondiale a examiné cinq différentes denrées alimentaires - maïs, blé, riz, soja et l'huile de palme - et a confirmé que les prix du pétrole sont le plus gros contributeur à la hausse des prix des denrées alimentaires. Le rapport, a conclu que les prix du pétrole étaient encore plus importants que le ratio des stocks alimentaires mondiaux disponibles par rapport aux niveaux de consommation, ou que la spéculation sur les matières premières. La Banque recommande donc contrôler les mouvements des prix du pétrole en tant que clé de l'inflation des prix alimentaires.Le lien de prix pétrole contre nourriture n'est pas une surprise. A l'Université de Michigan une étude souligne que chaque point majeur dans le système alimentaire industriel - engrais chimiques, pesticides, machines agricoles, agro-alimentaire, emballage et transport - est tributaire du gaz et du pétrole. En effet, 19% des combustibles fossiles que consomme l'économie américaine va au système alimentaire, en second lieu seulement aux voitures. 

en 1940, pour chaque calorie d'énergie fossile utilisée, 2,3 calories d'énergie alimentaire étaient produites. Maintenant, la situation s'est inversée: il faut 10 calories d'énergie fossile pour produire une seule calorie d'énergie de nourriture. l'écrivain Michael Pollan fait remarquer dans le New York Times:

    
"En d'autres termes, quand nous mangeons du système industriel-alimentaire, nous mangeons du pétrole."


 Mais les prix élevés du pétrole sont là pour perdurer - et selon le ministère britannique de la Défense dans une évaluation de 2013, ils pourraient s'élever à 500 $ le baril au cours des 30 prochaines années.Tout cela indique un point de convergence qui approche rapidement, entre un système alimentaire industriel de plus en plus auto-destructeur, et une population mondiale inexorablement en expansion.

le point de convergence pourrait venir beaucoup plus tôt. 

Lorsque nous prenons en compte dans le tableau l'érosion des sols,  la dégradation des terres, les prix du pétrole, les raison de l'effondrement des colonies d'abeilles par empoisonnement, et la croissance démographique, les conséquences sont sans appel : 

la civilisation industrielle est sur le point de se manger elle même et si nous ne changeons pas de cap, cette décennie sera dans l'histoire comme le début de l'apocalypse alimentaire mondiale.

le cannibalisme comme issue ? non, je plaisante ! koike...

cet article du "Guardian" n'est peut-être pas aussi extrèmiste que certains pourraient le penser :

Grande-Bretagne: le pays fait face à une pénurie alimentaire, ont averti les députés
Les consommateurs doivent acheter de la viande seulement comme une gâterie occasionnelle pour aider à protéger les ressources alimentaires futures et pour garder les prix bas,
ont mis en garde les députés.
Le Comité pour le développement international a déclaré que la Grande-Bretagne n'est "jamais à plus de quelques jours" d'une pénurie alimentaire importante. ici

"passez devant, messieurs les anglais" !

que de "pics" ! (qui, bien sur, n'existent pas). un tout petit point sur l'eau.

 Tout comme il y a des pays riches et des pays pauvres en pétrole, des régions du monde sont riches en ressources en eau (Brésil, Russie, Canada), tandis que d'autres en manquent, notamment la Chine et l'Inde, mais aussi certains pays développés tels que l'Australie.

 Ce manque d'eau a des effets graves sur les économies des pays touchés. L'eau est bien sûr utilisé pour les nécessités de la vie comme la consommation et l'hygiène personnelle, et les pays très pauvres, (à la fois en ressources en eau et de revenus) souffrent dans ces domaines. Cependant, pour les pays riches, le manque d'eau peut sérieusement nuire à l'économie, en grande partie grâce à son impact sur la production d'électricité.L'eau est un intrant de base à la plupart des sources de production d'énergie car elle est utilisé comme réfrigérant des centrales Nucléaires, au charbon et des centrales à gaz qui  ont toutes besoin d'énormes quantités d'eau. Qu'est-ce qui se passe quand l'eau n'est pas là? En 2003, un grand nombre de centrales nucléaires européennes ont dut être désactivées en raison d'une vague de sécheresse provoquée par la chaleur. Cela a impacté de manière significative la production industrielle. La même chose s'est passé l'année dernière sur la côte est américaine et devrait se produire plus fréquemment à l'avenir.
 Certains pays ont réalisé que la pénurie d'eau devient un véritable problème et font quelque chose à ce sujet. La Chine et l'Arabie saoudite sont probablement les meilleurs exemples....la suite

encore de mauvaises nouvelles de la Terre épuisée et de l'irrigation :
  
La dégradation des terres menace la sécurité alimentaireAvec deux siècles d'un boom démographique sans précédent, susceptible d'atteindre 9 milliards en 2050, la dégradation des sols par les activités humaines et les bouleversements climatiques constituent une menace pour la sécurité alimentaire.
 il a fallu l'espèce humaine exister pendant 1,50,000 ans pour atteindre la barre des 1 milliard vers 1800. (!) Depuis un montant supplémentaire de 6 milliards d'humains ont été ajoutés à l'effectif - pour atteindre 7 milliards d'euros en 2011.
 il est évident que le sol, comme l'eau, est devenue une ressource fondamentale, mais qu'elle se dégrade. Le processus de dégradation des sols peut prendre différentes formes: érosion hydraulique, érosion éolienne, les changements dans la composition du sol et la dégradation physique. La plupart des gens dans notre partie du monde ne savent pas que plus de 50% de la terre qui a été dégradé par la déforestation sont situés en Asie et 15% en Amérique du Sud . Dans le même temps, 37% des sols sont dégradés par les pratiques agricoles inappropriées en Asie.
un tiers de toutes les terres cultivées perd ses couches arables plus vite qu'il ne les gagne et cela diminue sa productivité. l'Utilisation de pesticides et d'engrais chimiques détruisent la faune du sol, nécessaire pour l'aération du sol. La conséquence bien connue de ce phénomène est le ruissellement qui entraîne des inondations et des coulées de boue. L'irrigation et le drainage du sol peuvent provoquer l'acidification et la salinisation, tandis que l'utilisation d'engrais chimiques et de pesticides contribue à la réduction de la capillarité du sol (ruissellement) ainsi que sa cohérence.
 Depuis la fin des années 1940  plus de 90% de la dégradation des terres productives est due aux pratiques agricoles, à la déforestation, au surpâturage . l'Organisation alimentation et l'agriculture (FAO) estime que le monde a perdu 94 millions d'hectares au cours du siècle dernier.

Une grande partie des terres de la planète est trop rocailleuse ou aride ou salé pour l'agriculture. Selon le World Watch Institute, le montant moyen des terres céréalières par personne en 30 ans a chuté de 0,2 hectare à 0,1 hectare. (heureusement, il y a les engrais !)

 l'avenir peut voir éclore des guerres écologiques provoquées par la dégradation et la pénurie de ces ressources de base comme la terre arable et l'eau.
Selon la FAO, 100.000 sq.km de forêt tropicale disparaissent chaque année. Il est intéressant de noter que plus grande partie de la destruction des forêts a eu lieu depuis la Seconde Guerre mondiale.

 Pour répondre aux besoins de la population croissante, les agriculteurs du monde entier ont stimulé leurs rendements et se sont battus contre la désertification par l'utilisation de fortes doses d'engrais et d'eau d'irrigation ainsi que des pesticides pour protéger les cultures. Mais cette stratégie a été contre-productive. Les produits chimiques agricoles peuvent empoisonner progressivement le sol. Lorsque l'eau s'évapore, elle laisse derrière elle divers sels. Ils contribuent à l'accumulation naturelle de composés salés dans le sol et le processus de salinité peut finalement rendre les terres inutilisables pour l'agriculture.
Lester Brown ( sa bio sur Wikipédia)  note avec préoccupation que la production agricole a stagné pendant la dernière décennie en raison de la rareté de l'eau et le rendement par l'utilisation des engrais diminue. . tout ici

 quand l'eau d'irrigation n'empoisonne pas le sol, il faut contourner le gros problème de  l'épuisement des nappes, conséquence directe de l'irrigation :

 Selon le United States Geological Survey, alors que la population a presque doublé au cours des 50 dernières années, la consommation d'eau a triplé. l'irrigation agricole représente 80 pour cent de l'utilisation de l'eau au niveau national, selon le ministère de l'Agriculture. Les États occidentaux, où les ressources en eau diminuent depuis des années, représentent les plus grands utilisateurs d'eau par irrigation. ici

 je sais, ce billet est long et indigeste !!!
(question subsidiaire, "pourquoi ce n'est pas en français ?").

bon appétit ! et gardons le moral ! 
dans un esprit de justice pensons à partager. le monde entier a besoin de se nourrir, de boire et d'accéder à l’électricité et aux salles de bains comme à tous les autres équipements sanitaires.

les anglais donnent le "la" : privons nous de manger des steaks, pour commencer. ensuite on verra  combien de fois par semaine on pourra se laver.

ou alors....ou alors... on ne partage pas ! non, ça c'est pas bien ! nous devons partager. 
les humains sont gentils, non ?

bon, alors on n'arrive pas à 9 milliards. on s'arrête avant. on ne se reproduit que comme on mange, avec parcimonie....

je plaisante, je plaisante, mais la "pizza en 3D", pour le moment me parait être la seule alternative. 
quand à l'eau potable, je sens comme une dessalinisation mondiale des eaux marines approcher.
à terme, nous boirons mais peut être plus sur les plages.







 

 

11 commentaires:

  1. La question de l'energie eolienne est tres interessante. Le Danemark fournit deja 25% de sa priduction grace a l'eolien. Du cote des innovations, notez l'acquisition recente de Makani Kite Power par Google-X.
    Les investisseurs semblent avoir de l'inetert. Lors de son dernier voyage en Chine il y a un ou deux mois je crois, W. Buffet a visite les fermes eoliennes cites dans l'article que vous evoquez.
    Affaire a suivre, tres certainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ho !!! comme vous avez raison ! cet "investissement" google dont je n'ai pas parlé est symptomatique !

      les USA ne vivront peut être pas l'indépendance énergétique, Google, si !!

      il m'apparait que l'éolien off shore est une solution quand on aura trouvé le moyen de "stocker".

      une vraie solution avec encore des progrès à réaliser. je ne me fais pas de souci, il y a des "subsides substantiels" pour ce genre de recherche.

      Supprimer
  2. il faudrait une prime à tous les végétariens, tous ceux qui n utilisent pas de voiture et tous ceux qui ne veulent pas de gosses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pas .
      C est tout ?
      pourquoi pas dire ceci qui est constructif.
      Je ferai pousser des salades sur mon balcon ?
      J apprendrai a cultiver des légumes?

      NON. JE VEUX UNE PRIME.
      ORTHO

      Les verts sont les mêmes verts du triassique (je crois) DES DINOSAURES avec le cerveau qui va avec...

      Supprimer
  3. Si tout continue comme il semble l'être, les nations disparaitront pour être remplacées par les Firmes ! Ces Supranationales pourvoiront à tous les besoins de leurs esclaves, de la naissance à la mort (dès perte de rentabilité). Personne ne pourra se rebeller, désobéir, critiquer sans TOUT perdre dans l'instant (monnaie, logement, assurances, nourriture...) il sera simplement effacé des registres !

    Pourquoi se poser des questions sur les ressources ? les ressources seront disponibles pour ceux qui seront dans le cadre, dispo et comptées, mais elles seront.

    Pour les autres, ils seront soit éradiqués, soit repoussés dans de no man lands.

    Voila le futur, tentés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, les zélus et les "autres"....

      je crains que de par le nombre des esclaves tout devienne compliqué. même si c'est une idée à retenir.

      dépopulation d'abord. nécessaire car les pizzas en 3D ça coute !

      Supprimer
  4. abandoned wind farms sur google images
    vous serez surpris
    Abandon de centaines de mille d éoliennes aux USA

    photovoltaïque 15 à 17% de la puissance reçue. GADGET
    En 5 ans il reste pas 5% dispo
    Quand à la terre pour la culture, il faut pas s inquieter, il faut juste cultiver et eviter les fermes à CEREALES usines.
    Costa rica, petit pays cultive ses tomates poivrons aubergines etc... en bacs suspendus...

    Par contre on oublie il faut bien un bac + 5 (chimie physique + Biologie et horticulture.... on a pas une dizaine de ces profils) pour être un vrai Horticulteur respectueux de la santé des gens et de celle des sols.
    Avec les techniques actuelles, EN TRAVAILLANT, en rendant la terre aux cultivateurs, les terres que les banques assurancesNOUS ON VOLE, il est possible de nourrir 15 Milliard de personnes à 4 repas par jour.
    mais il faut rendre la propriété insaisissable, et TRAVAILLER.

    Fini la civilisation du loisir.. Ou POST MODERNISME AVEC AIR CONDITIONNE.
    http://api.ning.com/files/xl-inaS1QkQc3hzIoDpjL-z8gcdPwPAGK6L6GxHrnCiSps06jo6Vqn28BqZCBOrv0IBsbc2d0Li-gnlei28vtcpzTFYPaOLv/wind_turbine_burning.jpg
    ORTHO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la Terre est usée. même le "bio" va devenir quasi impossible.

      être vertueux sur des sols arides ne sert à rien. il faut du temps pour que la terre se régénère.

      du temps. c'est une variable à réfléchir.

      les éoliennes ne sont pas rentables pour le moment. pour "faire" une éolienne il faut du ...pétrole...

      Supprimer
    2. la richesse d un sol cela se travaille.
      !

      il y a le complexe argilo humique c est ce qui garde l eau dans la terre et il y a les bacteries, ce sont elles surtout qui font les sols riches.

      Il y a des moyens de remettre ces bacteries dans les sols naturellement ou de manière artificielle.

      MAIS BIO.

      ORTHO

      Supprimer
  5. tiens, j'ai pris de l'avance, je mange de la viande 1 fois tous les 4 jours, la grosse douche, 1 fois tous les 4 jours ausi !

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.