mercredi 22 mai 2013

"les chiffres interdits" ou "la bienheureuse falsification"

 (traduc. d'un article en anglais, en lien. par Wendy et google. article plein d'humour et d'inquiétudes mais, avec le sourire et c'est important !)


Le célèbre physicien danois Niels Bohr observait :
«Les prédictions sont très difficiles, en particulier quant à l'avenir." 

regardons celles de l'AIE (Agence Internationale de l'Energie) en 2000, sur lesquelles investissements et prévisions économiques ont été construits :

  l'AIE devina que d'ici 2010, la production de combustibles liquides à travers le monde atteindrait 95,8 millions de barils par jour (mbj).  
Le nombre réel 2010 fut de 87,1 mbj
 L'agence prévoyait en outre un prix du pétrole moyen à 28,25 $ le baril (ajusté pour l'inflation). Le prix moyen réel du pétrole négocié sur le New York Mercantile Exchange en 2010 était de 79,61 $. c'est beaucoup comme différence. l'AIE est une maison sérieuse, pas des rigolos !!!

pourquoi  l'AIE était aussi optimiste quant à la croissance de l'offre de pétrole en l'an 2000 ?  

à cause de la révolution en cours dans la technologie du forage en eau profonde .elle prévoyait  que la production en eau profonde serait suffisante pour les besoins du monde dans les décennies à venir. Mais, le forage en eau profonde s'est avéré être plus difficile que prévu et n'a pas produit ce que l'AIE avait imaginé. 

la production de pétrole en eaux profondes n'a pas été en mesure de compenser les baisses de production ailleurs et cela a abouti à un plateau bosselé pour la production mondiale de pétrole (brut + condensat) à partir de 2005. (on connait la suite...).

 Maintenant, l'AIE nous dit qu'une nouvelle technologie "révolutionnaire" appelée fracturation hydraulique va provoquer ce qu'elle appelle un «choc de l'offre»  et la hausse des approvisionnements en pétrole.  
Mais, malgré des années de ce forage aux États-Unis, qui selon l'agence seront au centre de ce "choc",  les prix mondiaux du pétrole restent près des sommets de tous les temps, en  prix journalier moyen.  
Et, la production mondiale de pétrole (brut + condensat)  n'a qu'occasionnellement rebondi au-dessus de 75 mbj au cours des sept dernières années, avant de se replier.

aux Etats-Unis - le centre de l'explosion putatif - les foreurs ont fini par se concentrer sur quelques «zones» qui donnent des quantités commercialement rentables de pétrole ou de gaz naturel. Celles-ci peuvent représenter aussi peu que 15 pour cent de la superficie totale de la formation/gisement. 

en Europe Exxon a quitté la Pologne dont les "gisements" étaient beaucoup moins prometteurs que prévu. plus et tout aussi !
____________________________________


s'ensuivent quelques paragraphes sur la rapidité avec la quelle se vident les puits de gaz de s.
les investissements qu'il faut faire sans cesse pour obtenir une production à peu prêt équivalente d'une année sur l'autre et des considérations sur le fait qu'on ne peut faire confiance aux prévisions de l'AIE ainsi qu'à tout autre organisme d'état....

alors à qui ? à ceux qui forent et qui exploitent mais....ils ne donnent jamais leurs chiffres....

il est là le vrai "secret défense".  

(comme l'AIE, bricolons en s'amusant :

 
 

2 commentaires:

  1. Du Pierre de Châtillon dans le texte,...

    http://echelledejacob.blogspot.fr/2013/05/rechauffement-du-climat-symptome-dune.html#more

    Steph

    RépondreSupprimer
  2. je pense que cette fois ci le dérèglement climatique est du aux activités et diverses pollutions humaines.

    les "climato sceptiques" sont payés par les industries chimiques et pétrolières et font beaucoup d'audience aux USA...qui forent comme des malades !

    chacun ses opinions !!

    mais ta position ne t'inquiète pas est plus rependue que la mienne et elle fait loi.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.