vendredi 31 mai 2013

"le chômage qui tue pour tous"

Le chômage en zone euro continue sa hausse, atteignant un nouveau record en avril. Dans un communiqué diffusé ce vendredi par Eurostat , le taux de chômage représentait ainsi 12,2% de la population active à la fin de ce mois-là - contre 12,1% en mars. Soit 19,37 millions de personnes.


Les pays les plus touchés par le chômage sont la Grèce (27,0% en février, dernier mois connu), l’Espagne (26,8%) et le Portugal (17,8%). Avec Chypre, ils ont enregistré les augmentations les plus élevées en avril. A l’inverse, la Lettonie, l’Estonie et l’Irlande affichent les baisses les plus marquées.

 Les jeunes continuent d’être particulièrement touchés : quelque 3,6 millions de moins de 25 ans en zone euro et 5,6 millions dans l’UE entière. Soit, respectivement, 24,4% et 23,5%.

 En France, les jeunes pâtissent particulièrement de la situation dégradée du marché du travail et de la crise. Plus globalement, la France a, hier, une nouvelle fois publié de sombres chiffres en matière d’emploi . En avril, la hausse du nombre de chômeurs a concerné 39.800 personnes (+1,2%), portant à près de 3,3 millions le nombre de personnes sans emploi dans l’Hexagone. Un nouveau record, après le 24e mois consécutif de hausse. les échos

pressions à la baisse sur les salaires
pression à la baisse sur la sécurité de l'emploi
pression à la baisse sur le niveau des pensions de retraites
pressions à la baisse sur le niveau de vie/pouvoir d'achat
pressions à la baisse sur le niveau des prestations sociales

hausse des impôts et des taxes.

tout le monde est concernés par le chômage à ce niveau là !

par pays.

ci-dessous en lien, un article du NYT qui corrèle chômage et baisse de la longévité.
c'est une étude américaine qui a identifié sur la population féminine blanche une baisse de l'espérance de vie liée au chômage.

encore une fois, laissons nous pénétrer par l'idée.... !

sachant que les familles qui supportent un ou plusieurs chômeurs se retrouvent rapidement avec les mêmes contraintes sociales et financières que ceux là même qu'elles protègent....

l'article du NYT 

ce n'est plus "une crise", c'est une dépopulation par la misère. avec des courbes démographiques qui ne vont pas tarder à bien "changer".