lundi 27 mai 2013

Génétique et sécurité alimentaire

Le déclin de la diversité des plantes et des animaux d'élevage s'accentue. Elle menace les réserves alimentaires mondiales, a déclaré lundi le président de la Plateforme intergouvernementale pour la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).
La culture d'une trentaine de plantes tels que le blé, le maïs ou le riz, représente 95% des ressources alimentaires tandis qu'il existe 30'000 plantes comestibles, a rappelé Zakri Abdul à l'occasion d'une conférence à Trondheim, dans le centre de la Norvège.
Il est "plus important que jamais d'avoir un large patrimoine génétique pour permettre aux organismes de supporter les nouvelles conditions (climatiques) et de s'y adapter", a ajouté le biologiste malaisien lors de son premier discours en tant que président de l'IPBES, un nouveau forum des Nations unies sur la biodiversité.
Selon Zakri Abdul, il est nécessaire de préserver des espèces dont les gênes peuvent résister aux futures maladies ou évoluer malgré la hausse des températures, les sécheresses ou les pluies diluviennes
L'an dernier, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a estimé que 22% des races d'animaux domestiques étaient menacées d'extinction. Plusieurs pays ont lancé des programmes d'élevage de ces espèces, allant du lama au cochon.


(ats) source

pour les "humains" c'est pareil. si on appauvrit la diversité génétique on met en péril l'humanité.