mardi 16 avril 2013

"une société de violence"

Alors que la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe devrait être discutée mercredi à l’Assemblée nationale, de manière accélérée, le président sortant de la Conférence des évêques de France (CEF) est revenu longuement dans un discours au ton grave sur l’idéologie qui préside selon lui à la loi sur le « mariage pour tous ».

Il a ainsi dénoncé « l’invasion organisée et militante de la théorie du genre particulièrement dans le secteur éducatif et, plus simplement, la tentation de refuser toute différence entre les sexes. »
« si l’on fait disparaître les moyens d’identification de la différence dans les relations sociales, cela veut dire que, par un mécanisme psychologique que nous connaissons bien, on entraîne une frustration de l’expression personnelle, et que la compression de la frustration débouche un jour ou l’autre sur la violence pour faire reconnaître son identité particulière contre l’uniformité sociale. C’est ainsi que se prépare une société de violence. »

Dans son discours d’ouverture de l’assemblée des évêques de France qu’il présidait pour la dernière fois, le cardinal André Vingt-Trois a dénoncé mardi 16 avril au matin, les dangers qui menacent la cohésion sociale, estimant que « se prépare une société de violence ».  source

la violence est partout. 

quand on demande de "cacher les noirs et les arabes", quand on insiste pour verser 400 euros/mois à certains avec l'injonction de "vivre avec", quand on laisse les "vieux" seuls chez eux avec des retraites de 700 euros, incapables de trouver une structure d’accueil à ce tarif, quand on donne des logements "sociaux" sans commerces de proximité, sans bus ni métro, quand on rogne sur des salaires pour la raison qu'en Chine "ils sont moins bien payés", quand l'air que nous respirons est empoisonné, comme l'eau et la nourriture, quand les "zélus" sont des hommes blancs, vieux qui touchent 10 fois le "salaire moyen" et ne représentent qu'eux mêmes, quand beaucoup ont peur de se promener dans leurs quartiers, ....etc..... la violence est PARTOUT !

cette violence muti-forme, hyper présente pèse sur nous tous.

notre réponse : Attendre !

en "attendant", j'aimerais que tous, nous abandonnions la culpabilité de ressentir....
....frustrations et ressentiments !

la violence, non mais le refus de l'enfumage, oui ! dans un premier temps. réflexion...