jeudi 18 avril 2013

avec tes euros, achète des trucs ! il est temps de changer l'frigo, chéri !

Chypre a constitué une répétition générale, l’expérimentation d’un plan qui sera reproduit ailleurs.

La Commission européenne, et plus spécialement Michel Barnier, le commissaire en charge des banques, prépare en effet une directive qui mettra à contribution les dépôts de plus de 100.000 euros en cas de sauvetage bancaire. 

La directive prévoit qu’en cas de faillite d'une banque, les pertes seront d'abord épongées par les propriétaires et les actionnaires, suivis des créanciers "juniors" et "seniors" puis, en troisième rang, les déposants au-dessus de 100.000 euros. C'est seulement si l’ensemble de ces contributions s'avérait insuffisante qu'interviendrait l'argent public, à travers le fonds de secours européen, le MES

 Mais les comptes de moins de 100.000 euros sont-ils bien à l’abri ? Certainement pas ! Il faut bien comprendre que les comptes bancaires chypriotes de moins de 100.000 euros ont été préservés parce que l’Europe et le FMI se sont engagés à apporter 10 milliards d’euros. Si la crise devait toucher un grand pays comme l’Espagne, l’Italie ou la France, ce n’est pas 10 milliards mais plusieurs centaines qu’il faudrait mobiliser. 

 Qui peut croire que l’Allemagne fera exploser son endettement pour sauver les comptes bancaires des Espagnols, des Italiens ou des Français ?

 Cette directive constitue surtout un aveu d’impuissance, et les épargnants en paieront le prix.
 
  Philippe Herlin - Chercheur en finance et chargé de cours au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris / Contributeur sur Goldbroker.com

ici