vendredi 29 mars 2013

des Pôles au Temps

quand on agrandit la carte on s'aperçoit rapidement que les frontières politiques en Arctique ne correspondent pas pour tous à "ce qui devrait être".

( 90 milliards de barils de pétrole, techniquement récupérable selon une estimation de l'agence gouvernementale américaine de recherche géologique USGS ) et 30 % de gaz naturel, de quoi bien sur attiser de très nombreuses convoitises - la bataille des ressources d’hydrocarbures a donc commencée - il y a déjà des permis d’exploration au Groenland, aux États-Unis, en Norvège et en Russie.

les requins de l’exploitation des énergies fossiles eux se réjouissent de la fonte des glaces dans cette partie du monde qui reste encore aujourd’hui, une des rares Terres de la planète à ne pas être exploitée totalement.

fonte de la glace et réserves "estimées" . oui, estimées :

il y a nécessité d’aborder le cas du permafrost ( pergélisol ou gel permanent ) couvrant environ entre 20 et 25% de la surface terrestre émergée (80% de l’Alaska, 50% du Canada, 47.5% de l’Euro-Sibérie) engendrant en cas d’un scénario de fonte de ce dernier une libération estimée entre 70 et 500 gigatonnes de carbone, le pergélisol arctique pourrait s’élever au total à 1700 gigatonnes de carbone soit le double du carbone présent dans l’atmosphère et le cas échéant rendre responsable une aggravation de la température moyenne du globe.

 modélisation du rapport entre fonte de glace, permafrost, méthane, températures :

....le rapport indique que la fonte du pergélisol pourrait modifier les écosystèmes de manière radicale et causer des dommages coûteux sur les infrastructures, principalement en raison de l'instabilité des sols rendus fragiles par le dégel. « Le pergélisol est l'une des clés pour l'avenir de la planète car il contient une quantité importante de matière organique gelée qui, une fois décongelée et libérée dans l'atmosphère, devrait amplifier le réchauffement actuel de la planète, tout en nous propulsant vers un monde beaucoup plus chaud que prévu ».
Si la couche active devait varier en épaisseur à cause du réchauffement climatique, d'énormes quantités de matières organiques stockées dans les sols gelés commenceraient à se décongeler et à se décomposer, libérant progressivement de grandes quantités de CO2 et de méthane dans l'atmosphère.
Une fois le processus enclenché, il entraînera une boucle de rétroaction, également désignée sous le terme de « rétroaction positive du carbone issu du dégel du pergélisol ». Cela aura pour effet d'augmenter la température de surface et donc d'accélérer encore davantage le réchauffement du pergélisol : ce processus serait irréversible sur des échelles de temps humaine.....

 en clair, moins de poissons, écosystèmes détruits, océans détruits, cultures impossibles, la faim dans un air irrespirable.

je pense que toutes ces études ont un impact sur l'économie et les choix des pétroliers.
pour le moment il est encore "trop tôt" pour aller forer en Arctique. il faut investir énormément sur des "réserves estimées", dans des conditions climatiques sévères qui haussent les couts de production.

quand ils auront fini de forer partout les gisements/shale oil, de désespoir ils iront investir en Arctique. d'ici là, grace aux multiples trous polluants qu'ils auront fait partout ce sera plus facile puisque la glace aura fondu à la hauteur du prix du baril !

source 1,    source 23, 4, 5, 6


j'ai écrit les pôles, car en Antarctique, les russes trouvent une nappe d'eau fossile énorme, la banquise se réchauffe et le monde entier spéculent sur les "réserves" en "estimant". ils estiment certainement que 2/3 gisements aux Pôles viendront régler le problème de base : il n'y en a plus assez....

enfin, pendant qu'ils cherchent....il faudrait pour que tout le monde soit content, combler le trou en rouge :

c'est pas gagné !!!! heureusement, la "crise" infléchit la demande...européenne ! pas celle de la chine !
et l'indépendance énergétique us fait baisser la pression....(pour 2/3 ans, mois ?).

source

entre "crise" et "efforts" en énergie renouvelables les plus optimistes pensent s'en sortir pour 2/3 ans ou mois.


source
bien sur, c'est juste, la "fuite en avant". et pour produire du "renouvelable" il faut .... du fossile !

c'est le "pic de tout", le "peak all". 
ce qui va venir à manquer le plus cruellement, c'est le temps. 

le temps va être hors de prix !

comme toute "matière" qui manque.

chez "Gail"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.