samedi 9 février 2013

je mens donc je chiffre


On fait dire ce que l'on veut aux chiffres.

 exemple, la sortie de crise du marché immobilier

les ménages américains jusqu'en 2007 utilisaient souvent la valeur de leur maison en gage pour obtenir des prêts, notamment à la consommation; la forte baisse des prix a conduit un certain nombre de ménages à se retrouver en "negative equity", c'est-à-dire des dettes supérieures à la valeur du collatéral. 

pour les banques on connait...

Chaque mois est publié un indice de l'évolution des prix des maisons aux US, le S&p Case-Shiller, indice composite des prix dans les 20 villes principales. Il donne l'évolution du dernier mois et, plus important, la hausse ou baisse des prix de l'immobilier depuis 1 an. source
Le graphique correspondant (évolution sur 1 an), c'est ça :


Donc oui, ça va mieux !! Enfin sortis de la crise, le prix de l'immobilier remonte, les ménages retrouvent leur solvabilité, la consommation va repartir, etc,etc..

Et si maintenant, je vous montre ça, et que je vous dis que c'est le même graphique ? :


Vous devez penser que j'ai perdu la raison, les deux graphiques n'ayant absolument rien à voir. Et pourtant, le 2ème graphique trace, sur la même période, le prix des maisons en dollars (avec une base 100 en 2006). malgré le rebond, les prix sont toujours inférieurs de 30% à ce qu'ils étaient il y a 6 ans, et quasiment stables depuis 2009.
  
Chacun en tirera la conclusion qu'il veut.
ne jamais prendre ce que l'on nous raconte pour argent comptant. 

Manipuler des chiffres pour appuyer un raisonnement, il n'y a rien de plus facile !