mardi 25 septembre 2012

la prison, ce HLM de demain

Un député UMP propose de comptabiliser les lits de prison comme logements sociaux

 Les députés ont entamé lundi l'examen du projet de loi, déjà adopté par le Sénat, qui prévoit la cession à bas prix, et parfois gratuite, de terrains de l'Etat pour le logement social et qui fait passer à 25% la proportion obligatoire de logements sociaux.

L'UMP s'est dressée contre un texte "idéologique", "coercitif" et "irréaliste". Parfois vifs, les débats nocturnes ont porté sur une première série d'amendements du parti d'opposition, tous rejetés. Comme celui proposé par le député de la troisième circonscription de Haute-Savoie Martial Saddier, par ailleurs membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, qui proposait ni plus ni moins de comptabiliser les lits de prison comme des logements sociaux.
"Les lits de ces structures doivent être comptabilisés dans le quota des 25 % de logements sociaux, au regard de leur utilité éminemment sociale et des coûts supportés par les collectivités qui comprennent ces structures sur leur territoire", peut-on lire en exposé de l'amendement n°444 au projet de loi et qui proposait d'ajouter l'alinéa suivant à son article 4 : "sont également comptabilisés comme autant de logements locatifs sociaux les lits d’hôpitaux, de prison, de gendarmerie, de soins de suite et de réadaptation". source

Wendy : pas de commentaire