mercredi 29 août 2012

on va pouvoir mesurer la santé de nos démocraties

Pour Patrice Geoffron, professeur d'économie à l'université Paris Dauphine, la transition énergétique ne pourra se faire que si le prix de l'énergie augmente...

Alors que les prix à la pompe s’affolent, que le gouvernement tente de conserver une cohésion sur la question du nucléaire et que les débats sur les gaz de schiste  refont surface, la transition énergétique promise par le candidat Hollande semble remise à plus tard. La conférence environnementale, les 14 et 15 septembre prochains, devrait aborder ce sujet compliqué. Pour Patrice Geoffron, professeur d’économie au centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières de l’université Paris-Dauphine, la transition sera longue et nécessitera d’accepter une hausse du prix de l’énergie.

Après les déclarations de Montebourg sur le nucléaire, les débats qui restent ouverts sur le gaz de schiste et la baisse symbolique du prix des carburants, où en est la transition énergétique?

Pour que la transition s’opère, il faut un environnement où nous sommes confrontés à la réalité des prix du pétrole, de l’électricité et du gaz. La France est un paradis énergétique car le prix de l’électricité est bas, ce qui n’incite pas à en limiter la consommation. La seule fenêtre qui nous fait percevoir le prix de l’énergie est le prix à la pompe. La transition serait compliquée si le prix des énergies n’était pas élevé.
 On a plutôt des raisons d’espérer que de s’inquiéter car l’efficacité énergétique va entraîner des  investissements dans l’habitat, les systèmes de transport, l’organisation des villes, donc dans des domaines dans lesquels on a des savoir-faire et  des compétences, et surtout dans lesquels les  gisements d’emplois sont difficilement délocalisables. Les scénarios les plus plausibles sont ceux de créations d’emplois et d’une dynamique économique autour de cette transition.
  Il reste que même en étant très malin et en comprenant tout, si on a des bas revenus on ne pourra pas faire les investissements nécessaires et là il y a une vraie politique publique d’accompagnement de ces ménages à développer. C’est un enjeu aussi important que la reconstruction après la Seconde guerre mondiale et il ne faudrait pas que deux tiers de la population entrent dans cette transition et en tirent les bénéfices et qu’un tiers continue à payer l’énergie de plus en plus cher.20mm
bon, ben voilà, demain c'est sur voici, gala et paris match !
ceci étant il y a un vrai changement inévitable à prévoir et j'espère que tout le monde pourra "suivre". ça c'est politique. 
N.B. :  “Man and man alone can also adapt by changing his environments to fit
 his genes.”
Dobzhansky, Sept. 1960