samedi 28 avril 2012

Fukushima, la bombe silencieuse

je trouve cet article long et détaillé sur Fukushima, enfin ! ce ne sont pas les articles qui manquent mais ils me semblent à chaque fois, soit trop racoleurs soit mensongers.

quand la réalité dépasse la fiction :  

Il y à peine 4 jours, le 24 avril dernier, la chaine d’information japonaise ANN News diffusait un très inquiétant reportage sur la situation de la piscine à combustibles usés du réacteur 4 de la centrale de Fukushima. Cette information n’a tout simplement pas du tout été relayée par les média français, et très peu de média européens.
 La situation est très critique attendu que cette piscine à combustibles usés, des matériaux très hautement radioactifs dont un contact de seulement 10 minutes suffirait à tuer une personne, est pleine. Ces matériaux accusent une radioactivité au Cesium 137 dans des proportions 10 fois supérieures et pour des quantités de matériaux 85 fois supérieures à ce que nous avons connu au coeur de la catastrophe de Tchernobyl. Dans ce contexte, le traitement de l’information par les chaînes de télévision locales a de quoi faire froid dans le dos, comme en seconde partie de ce documentaire dans lequel le journaliste affirme benoîtement qu’en fait, la nourriture n’est pas si contaminée que ça… japonaises, japonais, dormez tranquilles, #toutvabien®

 Sur la figure ci-dessous qui présente l’architecture du réacteur de type Mark-1, on peut prendre conscience du risque d’un affaissement de la structure, un risque bien réel, craint par les autorités comme le relate le reportage d’ANN News. La centrale, oeuvre de General Electric, comporte placée dans un coin une structure plaçant l’eau en hauteur et dans laquelle les barres à combustibles trempent. Dans un pays à l’activité sismique notoire, ce simple fait a déjà de quoi interpeller.
 La récupération des barres de combustible est prévue par l’entreprise pour 2013. La sécurisation de la structure quant à elle n’est pas prévue par TEPCO avant 2025 !

Le 13 avril 2012, l’activité sismique de l’île pourrait bien avoir eu un impact sur la structure de ce qu’il reste de la centrale.  Les autorités se sont bien gardées de communiquer sur les effets de ces nouvelles secousses. Sur la carte ci-dessous, en regardant attentivement, on peut se rendre compte de la proximité de l’épicentre avec Fukushima. À Fukushima même, les secousses ont atteint une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter. TEPCO en avait alerté le gouvernement japonais par le biais d’un fax… le gourvernement japonais a préféré étouffer cette information.


tout ici  
 ----------------------------
 mutation des pissenlits à Tokyo :


 ---------------------------------------------

Voici l’un des rares blogs scientifiques japonais qui dénonce cette propagande du gouvernement en se basant sur les mesures d’un habitant de la zone de la préfecture de Mie, prévoyant à l’horizon mars 2015 une radioactivité inacceptable.
Voici enfin les relevés de la faculté de médecine de Fukushima.
Une chose est bien certaine, Fukushima, c’est un peu comme la crise économique qui frappe l’Europe : le pire est bien devant nous.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

je modère donc je supprime quand je sens que ça dérape !