samedi 28 mai 2011

une Apocalypse bien gérée

il n'y a de production que de "financière".
dans le mur en 2012. comme prévu !

lien article Z.H.
la spirale de la mort économique a été déclenchée
et quand même, comme ça, pour rien :

 en 2007/08 nous n'avons rien vu, en fait la VRAIE "crise", bien "fabriquée" et qui a déjà beaucoup rapporté à ceux qui l'ont "modélisée/inventée/appliquée" est devant nous.
puis ensuite : le mur !
 la seule stratégie c'est : "s'enrichir vite et par tous les moyens" !
notre problème ce n'est pas leur complot c'est le notre : "celui de la conner*e".
pourquoi laisser faire ? sachant que le nombre que nous sommes peut les envoyer en prison pour crime contre l'humanité ?
dans l'impunité ils recommenceront jusqu'à extinction de l'espèce puisqu'ils sont capables de s'auto-détruire.
sommes nous aussi suicidaires ? 

pour avoir poussé l'humanité vers une faim certaine 
(spéculation sur les MP agricoles)
pour avoir poussé  l'humanité vers un fin certaine 
(ex. : Fukushima)

"en prison, jugés pour crime contre l'humanité" 
notre survie n'étant plus assurée, comme celle des esclaves d'autrefois  révoltons nous contre les maîtres indignes de ce monde mourant. 
dans la dialectique du "maître et de l'esclave", le maître est tenu de nourrir l'esclave. 
il y a quoi sous l'esclavage ?
deviendrions nous des animaux ? non, des amibes sans la moindre capacité à lutter pour notre survie !
les animaux restent dignes, pas nous ! 

1 commentaire:

  1. Après le mur ? Un autre système, fondé sur la richesse réelle, celle qui est UTILE A LA VIE, et uniquement la richesse réelle. Les investissements dans les monnaies fiduciaires ne vaudront plus rien.
    Mais personne ne veut le penser, car tout le monde croit au système qui va se péter dans le mur.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.