vendredi 20 mai 2011

HAARP : Fin du "secret" et Début des "hostilités" ?

Arme climatique: l'Iran aux aguets (Ahmadinejad)

Mahmoud Ahmadinejad
15:16 19/05/2011
MOSCOU, 19 mai - RIA Novosti
L'Iran surveillera les éventuelles tentatives de l'Occident visant à provoquer une sécheresse artificielle dans la région, a annoncé jeudi le président Mahmoud Ahmadinejad, cité par l'agence IRNA.
"Les forces de l'ordre suivront de près cette question", a indiqué le leader iranien avant d'ajouter que certains pays occidentaux se servaient d'équipements destinés à bloquer la circulation des nuages chargés de pluie se dirigeant vers les pays orientaux, dont l'Iran.
Ces propos du chef de l'Etat iranien interviennent suite à la récente publication d'un homme politique occidental dans laquelle ce dernier augure trois décennies de "crise de l'eau" en Iran, en Turquie et en Asie de l'Est.

L’arme climatique: une conspiration?

Alexeï Kokorine, le directeur du programme Climat et énergie des Fonds mondiaux pour la Nature (WWF), explique que « la tendance actuelle (la sècheresse) ne s’arrêtera pas, elle n’est pas le fruit du hasard... »

Que l’employé d’une organisation internationale influente qui travaille dans différentes régions du monde sous la couverture des programmes écologiques soit si bien informé est très significatif. Et cela ne se réduit pas au fameux « réchauffement de la terre » qui fait l’objet d’intenses débats scientifiques et autres. La théorie du « réchauffement de la planète » en tant que cycle naturel nécessite, tout au moins, des preuves alors que la canicule actuelle, observée, d’ailleurs, exclusivement sur le territoire de la Russie et de ses territoires limitrophes, pourrait sous-entendre plus que des explications scientifiques naturelles.

Le problème de régulation de la météo, comme forme de régulation sociale, a été abordé dès les années 1970 par Zbigniew Brzezinski dans son livre Entre deux siècles. Il est clair que l’expert de la géopolitique américaine ne pouvait pas ne pas se poser la question sur la possibilité d’utiliser diverses formes d’impact climatique aussi bien sur les systèmes sociaux que géopolitiques.
En 2000, Michel Chossudovsky, professeur d’économie à l’université d’Ottawa, a écrit sur la possibilité d’un changement partiel du climat comme résultant de l’utilisation d’une nouvelle génération « d’armement non létal ». Les Américains travaillent sur la capacité de contrôler le climat dans diverses régions du monde, cette technologie est développée dans le cadre du High-frequency Active Aural Research Program (HAARP), capable de provoquer des phénomènes tels que des sècheresses, des ouragans, des tremblements de terre et des inondations. Du point de vue militaire, le HAARP est une arme de destruction massive, un instrument d’expansion qui permet de déstabiliser sélectivement les systèmes écologiques et agricoles des pays et des régions ciblés. La base technique connue du programme est un système d’émetteurs électromagnétiques destiné à l’étude des processus dans l’ionosphère et composé de 360 émetteurs radio et de 180 antennes d’une hauteur de 22 mètres. En émettant dans le ciel 3 600 kilowatts la station est devenue l’installation la plus puissante au monde pouvant agir sur l’ionosphère. Le programme, lancé en 1990, est financé par la direction des Recherches maritimes et par le laboratoire de Recherche de l’armée de l’air américaine avec la participation des plus grandes universités.
ARTICLE en ENTIER

dernière vidéo : prévision...

2 commentaires:

  1. Alors la guerre de l'eau a commencée...

    RépondreSupprimer
  2. @ anonyme : j'ai écrit pas mal sur l'eau. (notamment l'eau fossile qui est "volée").

    l'eau est plus précieuse que l'or.
    c'est la grande "cause". (de tout !)

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.