mardi 23 octobre 2018

Vaccins : le devoir de questionner les labos.

Pour savoir.




Or, dans la littérature pullulent les livres qui mettent en garde contre la vaccination : Est-il besoin de reciter : les professeurs Béchamp, Tissot, Vincent, les biologistes Beljanski, Georget, les docteurs Chavanon, Scohy, Vercoutère, Chauffat, Buchwald, Couzigou, Donatini, Elmiger, Ferru, Hervieux, Loir...tous ayant écrit sur les vaccins. Ils ne sont pas les seuls : Mosséri, Shelton, Delarue, chacun avec ses propres expériences renforcent les dires de S. Simon.

Nous pensons que la maladie, les épidémies qui peuvent en découler sont toutes tributaires de causes bien précises et naturelles que l'on s'est bien gardé de rechercher. L'exemple le plus frappant, les catarrhes, pourraient, sans doute, nous donner à réfléchir. Une nourriture composée de fruits, de légumes et de noix neutralise ces états Chacun peut le constater par ses propres expériences.

Jacques.Daudon Source








De la répétition dans la déception.

N’oublions pas le comique de répétition, utile dans la séquence.


lundi 22 octobre 2018

Au suivant !


Mythologie : généalogie de Dionysos.

D’où nous venons.

Les bases de notre civilisation. Dionysos, la divinité grecque qui, selon moi, préfigure Jésus. Les fêtes dionysiaques recyclées en fêtes chrétiennes, etc...

Notre philosophie, nos lois, notre système d’éducation viennent de la Grèce.

Les dieux grecs symbolisent la vie des hommes. Leur généalogie est la notre. Ce sont nos racines.

Notre explication du monde est intimement liée à la mythologie grecque. La mythologie grecque n’est pas une révélation mais une construction à travers le temps et l’espace.

Cela n’empêchait pas la spiritualité. Curieux, non ?

Il y a deux mythes fondateurs de notre civilisation, l’interdit du cannibalisme et celui de l’inceste, dans l’ordre.

Si nous bravions l’un ou l’autre, notre civilisation s’effondrerait.




Quand on mange son voisin et qu’on vit à travers ses pulsions on reste un sauvage et on finit en esclavage.

;) 

Événements terrestres du 21/10/18


dimanche 21 octobre 2018

Racisme et discrimination au lycée de Créteil ?

Une source

Évidemment, cela est une évidence.


(Belle conscience politique de classe pour un élève de 15 ans !)


Comme par hasard l’élève méchamment stigmatisé qui apparaît menacer une prof, garante de l’autorité patriarcale blanche et colonialiste, fait partie d’une minorité discriminée.

Il ne faut pas tomber dans l’amalgame, tout en augmentant le salaire des enseignants nous dit un professeur du même lycée, nous appelant à repenser la société pour davantage de justice  :


Nous aurions là un bel exemple de racisme institutionnel ?

Évidemment que oui, cela tombe sous le sens.

Justice pour machin-truc et fissa!  Tout est monté en épingle Source.

De l’utilité du quanta-soi.

(J’espère récupérer un internet « normal » aujourd’hui ...)
———————————-
Ou autrement dit :

-du « monde sensible » au monde « insensible ». (Oui, l’étymologique ça pince).

-De ce qui peut être ressenti, appréhendé et compris à ce qui n’existe pas, qui est hors sens.
Qui relève donc de la pure propagande sans racine dans le réel observable, qui dépend de l’imaginaire, qui n’existe pas comme objet observable.

————————————

Vidéo offerte par Géocedille :

Quand la physique quantique appuie les théories du genre.



Dans le tableau ci-dessous, genre a remplacé sexe. L’étude (!) montre que nous reconnaissons son genre en premier chez l’autre. Pas son sexe, son genre.





Évidemment c’est faux. On reconnaît une personne de sexe féminin ou masculin pas un genre non-binaire, binaire ou licorne. Notre cerveau trie par sexe pas par genre. Inutile de faire la démonstration.

On ne dit plus trans-sexuel on dit trans genre. Pourtant, né homme, il a bien changé de sexe pour accéder au genre et à la nouvelle terminologie agréé par l’OMS.

Si je deviens homosexuelle, genre queer, les autres me reconnaîtrons femme. Le genre c’est l’intime selon ce que j’en ai compris. Mon genre cis ou non-binaire ne regarde que moi.

A moins que je n’impose mon genre et non mon sexe par la violence physique ou socio-politique.

Le sexe des genres devient une notion quasi religieuse. Je mets cette tendance dans le même panier que le voile islamique.

Dans le réel, les amis, que me chaut que mon épicier soit musulman queer ou que ma voisine dorme avec sa meilleure amie ?

Qu’est-ce que ça change dans mes rapports avec eux ? Rien. C’est leur vie privée. Je m’en moque.

Pourquoi ces gens, par contre, voudraient me faire porter le poids de leurs identités et entrer avec une lourde violence politique dans mon propre espace privé ?

Le sexe est biologique le genre est un instrument politique. Ce n’est pas le sexe qui sous-tend la PMA pour tous mais bien le genre.

Un homme trans ne pourra jamais accoucher mais a droit à l’adoption dans un esprit d’égalité de genre.

La notion du « moi-je-suis » s’impose à nous. Moi je suis un chat « Snapchat », moi je suis musulman « le voile politique », moi je suis BDSM (? ;) et si tu n’acceptes pas de tâter de mon fouet tu es une sale conservatrice, tu nies mes droits sexuels, tu iras en prison.

Diviser diviser diviser en cellules de plus en plus petites.

Il a raison le queer musulman de la vidéo, on finira par trouver des elfes cis-genrés en partouze avec des hobbits non-binaires racisés, c’est une question quantique d’univers parallèles.

La bonne nouvelle c’est que les multi-univers comme les multi-amours tournent « en même temps ».

La grande tournante cosmique, poussez pas il y en aura pour tout le monde.

Ça c’est l’appel de la marque « Genre », dans le réel, c’est faux mais fuck le réel !

Planck-ez vous !

(Je sais pas pour vous mais, de mon côté, l’un dans l’autre j’aurais bien rigolé dans cette vie !)



samedi 20 octobre 2018

L’islamisation sans réponse de l’état.



Tout le territoire se sent impacté et attend les réponses de l’exécutif qui reste muet.

Quid (de la blague) de l’islam de France ?

Avant hier j’ai tapé sur la barre de recherche Google le nom d’une petite ville de province.
Google m’a affiché en haut de page l’adresse de la mosquée... tout est dit.

Il n’y a plus de France il n’y a qu’un territoire de contribuables dissociés.

Il n’y a plus de langue française il ne reste que des youtubeurs au parler approximatif.

Perte du langage, perte des racines gréco-romaines, perte de l’aide de l’étymologie pour trouver le sens des mots, des familles de mots, du sens strict et du sens large.

La langue est abatardie. La précision de la langue est perdue. La transmission n’est plus que pour certains.

La langue commune était un outil, un liant social. Maintenant c’est la confusion des langues.
Il n’y a plus aucun symbole d’identité commun.

La langue c’est le passage au symbolique. Sur ce territoire il y a de multiples symboliques qui s’entremêlent ou s’entrechoquent « face à face » comme dirait Colomb.

L’accès au symbolique c’est la fin des comportements pulsionnels autant dire que la violence a tout pouvoir quand les phrases n’ont aucun sens partagé.

Autrement dit : « on ne s’entend plus ».

Quant au « numérique » et à son accès ? C’est pathétique. C’est moi qui configure les smart-phones et les wifi de mes voisines...

Copier un lien internet est encore pour certains mission impossible.

Utiliser un ordinateur passe de mode, la majorité préfère l’intuitivité des tablettes et des téléphones.

L’intuitivité c’est simplement pour l’utilisateur des chemins imposés, des routes prédéfinies, une prison mentale. Mais c’est « facile ».

Internet c’est Netflix ou Amazon qui débitent des séries addictives pour 5 euros, streaming léger sur tablette ou téléphone ou TV.

Internet c’est FB et YouTube /Porn. C’est quand même youporn qui génère le plus de profits, c’est le premier site internet global.

Et sur youporn, pas besoin de savoir parler quoique ce soit.

On oscille entre la perte du symbolique et l’accès direct aux fantasmes mis en scène.

Un fantasme, par principe ne peut être vécu dans le réel. S’il l’est il cesse d’être un fantasme.

En le mettant en scène on perd l’imaginaire qui est à la source de toute réalisation.

De l’imagination individuelle, de la représentation intime, youporn en a fait des images partagées.

Résultat : une frustration, base de violence. Une perte de soi dans les algorithmes. L’immédiateté de la réponse à la pulsion interdit tout apprentissage et évolution personnelle.

FB c’est identique. C’est interagir avec d’autres en utilisant des « profils », faux par définition.

« On n’a pas à se donner du mal ». La douleur de l’apprentissage a disparu, le temps n’existe plus.

Se donner à soi-même du mal, c’est éloigner le mal extérieur et intérieur. Cette notion est effacée.

Perte du symbolique, perte de la notion du temps, pouvoir de l’objet sur le sujet, perte d’identité.

Non, l’autre ce n’est pas moi. C’est en cela qu’il garde son intérêt et qu’il est si précieux pour mon accomplissement.

Si l’autre est un « standard », je suis seule face une image. Toute dialectique est impossible dans un monde standardisé.

La réponse est là dépression ou l’agressivité.

——- je me suis égarée...




Un bond technologique déraille.

Une source

😂😂😂😂 le jour des départs en vacances, les Gares du Nord et de Lyon sont en travaux.

No comment...

Je pense davantage à un blocage de la banlieue qui se retrouve très handicapée pour se rendre à Paris profiter de la FIAC. What else ?



Ceux qui partent à Londres arriveront sans problème, ceux qui voulaient déambuler sur les Champs, une 8-6 à la main, resteront chez eux.

C’est tellement facile de bloquer Paris...



🧐

De Lutèce à Paris Wikipedia



Carte de Sebastian Münster de 1572représentant Paris. En bleu, l'enceinte de Philippe Auguste, doublée sur la rive droite de l'enceinte de Charles V.




Apprendre les idéologies.

Je voulais vous parler des « idéologies », de l’importance de les étudier.

Par exemple, dans aucune idéologie nous ne pouvons trouver une base raciale.

Les libertariens ne sont pas racistes, ni les anarchistes, ni les trotskistes.

De la même façon, aucune idéologie ne se préoccupe de l’orientation sexuelle des individus.

Toutes les idéologies partent du constat et de l’analyse de la gouvernance et du système économique de leur temps et en proposent une plus juste ou plus cohérente.

En gros dans la vision exposée ci-dessous, nous aurions le choix entre darwinisme et anarchisme.

Le darwinisme serait l’expansion comme obligation car inscrite dans les gènes de l’homme et l’anarchie, c’est à dire l’absence d’état centralisé, son remède.

Du commerce comme base économique nous passons à la tribu.
Dans les deux cas, un hiatus.

Soit, les guerres d’accaparement pour le darwinisme économique soit la tragédie des communs pour l’anarchisme.

Il reste la solution de la dictature du prolétariat. J’rigole, koike...

La vidéo est intéressante et montre à quel point nous nécessitons un large apprentissage avant de faire des choix politiques.

La faiblesse des apprentissages et des connaissances nous mènent droit à la dictature.

La propagande est le seul moyen pour que la masse comprenne le message.

Loin des idées, les images sont assénées, nous vivons dans une prison dont les murs sont des images.

Je sais que « idéologies » est devenu un gros mot, pour autant je ne vois pas comment faire l’impasse de leurs études ne serait-ce que pour « faire des liens », comprendre et trouver des pistes pour changer ce qui doit l’être.





[Si tout va bien je récupère un internet « normal » en début de semaine...
en attendant c’est pénible...]